Features

SIDA : une maladie qu’on voudrait Noire

WORLD Quiconque affirme que le SIDA est un virus fabriqué et sciemment inoculé à des Noirs est un adepte de la théorie du complot ! Toutefois, il est possible, de façon rationnelle (preuves à l’appui) de démontrer qu’une politique d’extermination a été mise en place au début du XIX ème siècle afin de régler le problème de prétendue surpopulation sur terre.

Des théories eugéniques, racialistes, racistes ont favorisé et nourri ce désir de voir les populations noires disparaître. Des théories partagées par l’ensemble des populations blanches occidentales, desquelles les élites étaient parties prenantes de la diffusion de cette pensée. Comme disait Montesquieu (1689-1755) : « Ceux dont il s’agit sont noirs depuis les pieds jusqu’à la tête ; et ils ont le nez si écrasé, qu’il est presque impossible de les plaindre. » Pour l’axe de pensée contraire, ile est possible de s’appuyer sur les écrits du docteur Boyd Grave et son ouvrage : State Origin: The Evidence of the Laboratory Birth of AIDS*

Le Noir, être à peine humain à exterminer

Bien que les Noirs n’aient pas été le seul groupe ethnique visé, ils ont bien été identifiés comme une cible du programme de « nettoyage ». C’est aux Etats-Unis que germe l’idée de fabriquer des armes biochimiques en collaboration avec l’armée. Les chercheurs fabriquent alors des mycoplasmes (bactéries) qu’ils vont faire muter et réadapter jusqu’à l’obtention d’un virus puissant détruisant les défenses immunitaires, le VIH/SIDA. Si la politique est mise en place dès 1878, c’est grâce à la création du Laboratoire d’hygiène » qu’il va être possible de mener des recherches aboutissant à un génocide de populations soigneusement sélectionnées. Ces mycoplasmes seront d’abord testés sur des animaux avant de l’être sur des humains africains de Nouvelle Guinée, en 1943. Soit peu de temps après le lancement du programme de guerre biologique.

Une coalition secrète d’état

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

La CIA créé le programme « Spécial virus » le 12 février 1962 et le fait appliquer par le biais de l’Académie nationale des sciences. La distribution commence alors massivement. Le virus est inoculé à des singes qui sont ensuite relâchés dans la nature. Le président Henri Kissinger participe et approuve dans la plus grande discrétion la politique de contamination des noirs américains et africains. En 1974 il crée le NSSS-200 qui est le programme américain de lutte contre la surpopulation. Le programme a son volet MK-NAOMI (Negroes are only momentary individuals : « les noirs ne sont que des individus temporaires »). Au mois de juin de l’année 1977, 66 000 litres du virus SIDA ont été produits. Ils sont répartis entre l’Afrique, dans le vaccin contre la variole, et les Etats-Unis (Manhattan) dans le vaccin expérimental contre l’hépatite B.

Séropositif et noir, un pléonasme

Il a donc été plus aisé de laisser croire que le SIDA est une maladie de Noirs, née de leurs pratiques sexuelles débridées et de leur bêtise animale. La Nation of Islam a dénoncé « l’holocauste noir », en 2012 le sénateur américain Bill Nelson a également confirmé la fabrication en laboratoire de ce fléau. Pourtant les stéréotypes ont la peau dure et le mythe démodé du noir comme personne favorisée par cette maladie persiste. C’est le cas par exemple dans cette nouvelle campagne de sensibilisation lancée par la ministre de la Santé Marisol Touraine en 2015. Peut-être ne verrez-vous pas de Noirs dans des publicités non ciblées pour des marques de téléphone, de voiture ou de machines à laver, mais vous en verrez assurément dans les campagnes contre l’hépatite B et le SIDA. Peut-être est-ce un hasard, un « accident ». Mais il convient de savoir si la « théorie du complot » vise à dénoncer un complot qui existe effectivement et que les gens ont découvert, ou si les Noirs du monde nagent en plein délire paranoïaque. Dans ce cas, il n’a jamais été question de déportation ni d’esclavage mais seulement de « commerce triangulaire ».

* État origine : la preuve de la naissance du SIDA en laboratoire.

À savoir que :

Les médecins impliqués dans ces programmes de recherche étaient des négrophobes notoires : Dr. Horrowitz, Dr. Earl Traub.

  •     1945 : Opération Paperclip : recrutement massif de scientifiques du troisième Reich (nazis) afin de les faire participer au développement des armes biologiques et de percer les secrets de celles utilisées sous Hitler.
  •     FASEB : Fédération de la société américaine pour la biologie expérimentale (1917)

 

Sources : Le flux rss de camer.be

Populaires cette semaine

To Top