Features

Sérail et mysticisme: Agbor Tabi chassé de la Rose-Croix

Peter-Agbor-Tabi

Le secrétaire général adjoint de la présidence de la République, pressenti pour la primature, continue de collectionner les tuiles au moment où son parrain dans le mysticisme, Titus Edzoa, revient (apparemment) en force sur la scène politique.

L’information se susurre en boucle, au sein du sérail et dans les salons feutrés de Yaoundé depuis quelques jours : l’actuel secrétaire général adjoint n°1 de la présidence de la République, Peter Agbor Tabi, a été exclu de l’Ancien et mystique Ordre de la Rose-Croix (Amorc). La faute imputée à l’intéressé, la juridiction ayant prononcé ce châtiment ou encore la date du prononcé, relèvent encore du mystère. On sait toutefois que, selon ses statuts l’organisation, entre autres, «exclut tout membre condamné par une juridiction pénale pour faits contraires à la probité et aux bonnes mœurs». Inutile d’en attendre davantage en termes d’information, l’Amorc étant, comme tout mouvement ésotérique, régi par la loi du secret.

Est-ce l’affliction liée aux multiples épreuves qui, ces dernières semaines, a éloigné de la scène le non moins ex-ministre de l’Enseignement supérieur, ancien recteur de l’université de Yaoundé I et ci-devant directeur l’Institut des relations internationales du Cameroun (Iric)? On a encore, en effet, le souvenir de son absence fort remarquée à la cérémonie de présentation des vœux des corps constitués de la nation au chef de l’État. Certains avaient invoqué un malaise subit, d’autres des pratiques mystiques ayant occasionné une grosse fatigue. Hier encore, Peter Agbor Tabi était absent à l’aéroport international de Yaoundé-Nsimalen où des personnalités de premier plan s’étaient rendues en masse pour souhaiter bon voyage au président Paul Biya et à son épouse Chantal, en partance pour un court séjour privé en Europe.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Une chose est cependant certaine, rien ne va plus dans le petit monde du Sga/Pr. Tout comme les enseignements de l’Amorc, qui comportent «nombre d’expériences consacrées à l’apprentissage de techniques fondamentales en matière de mysticisme : relaxation, concentration, création mentale, méditation, alchimie spirituelle», ne lui auront été d’aucun secours. M. Agbor Tabi s’est manifestement égaré dans les préceptes rosicruciens qui «s’échelonnent sur douze degrés, chacun d’eux étant consacré à l’étude de thèmes philosophiques ou mystiques majeurs : la nature du Divin, l’origine de l’univers, la structure de la matière, les concepts de temps et d’espace, les lois de la vie, le but de l’évolution, l’âme humaine et ses attributs, les phases de la conscience, les phénomènes psychiques, les mystères de la mort, de l’après-vie et de la réincarnation, le symbolisme traditionnel…».

Cette avalanche de tuiles, note-t-on, intervient alors que l’intéressé était régulièrement cité pour être porté à la tête du gouvernement. Jamais deux sans trois, exposaient alors les tenants de cette thèse, forts de la logique qui a voulu, depuis des années, que la primature revienne à des natifs du Sud-Ouest – Ephraïm Inoni hier, Philemon Yang aujourd’hui, tous les deux ayant eux aussi, précédemment occupé le poste de secrétaire général adjoint no1. Voici le favori d’hier pour la primature ballotté entre des vents contraires, sans boussole ni repères.

Ses malheurs – simple coïncidence ? arrivent aussi au moment où son parrain officiel dans l’ésotérisme, Titus Edzoa, revient en force dans les rangs du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc, au pouvoir) après une violente disgrâce suivie de 17 années de prison. Et ce n’est pas le moindre des indices d’analyse de la situation en cours. Paul Biya aurait-il décidé de sacrifier le bouillant Agbor Tabi sur la demande expresse de son mentor ? Ou le très éprouvé Sga/Pr n°1, abonné aux frasques, était-il devenu trop encombrant auprès du chef de l’État ? À moins que Paul Biya n’ait entrepris de brouiller les cartes, comme il en a seul le secret. Dans tous les cas, la descente aux enfers de «Pita» ne semble que commencer.

© Source : La Météo

Populaires cette semaine

To Top