Features

Scandale : Le premier ministre accusé de corruption

Premier-ministre-philemon-yang-SOCACIM-ministres-Culture-artistes-retraite

Un journal soutient que le chef du gouvernement aurait reçu des pots de vins de la part des responsables du syndicat des transporteurs routiers du Cameroun (Sntrc) « Le Bureau de gestion du fret terrestre (Bgft) prenait corps, sans décret de création, avec des suppôts chargés de jouer les banquiers de circonstance. Pus de 26 ans après Ce sont des milliards qui ont été servis à certains membres du gouvernement et même chef du gouvernement… »  

Cet extrait d’un article publié dans l’hebdomadaire l’Equation du mercredi 03 juin 2015 est d’une gravité extrême. Pour ce confrère, pas moins qu’un Premier ministre du gouvernement a été corrompu par les responsables actuels du Syndicat national des transporteurs du Cameroun (Sntrc). Cet organe de presse est  devenu une tribune d’expression pour un groupe d’individus, membre du Sntrc (Ngah Cunegonde, Hamadou Ndjika, Noah) qui à longueur de journée vilipende l’actuel président du Sntrc.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Sources de l’information

Il est donc évident que l’hebdomadaire l’Equation s’est abondamment  abreuvé à la source des  trois mousquetaires pour porter d’aussi graves et grotesques accusations à l’endroit du chef du gouvernement. « J’espère que le gouvernement va réagir cette fois-ci pour stopper les agissements de ce groupuscule. Ils se sont attaqués impunément aux responsables de notre syndicat. Aujourd’hui, c’est un tout un chef de gouvernement ainsi que des ministres qui sont accusés d’avoir  été corrompus par nous.   Somme nous donc si puissants que cela ? » S’interroge un employé du Bgft. Celui-ci va plus loin et s’étonne de la versatilité de ce collectif qui a adressé il y’a quelques jours une motion de soutien au Premier ministre, chef du gouvernement.

Manipulations et désinformation

A la réalité, ce collectif, décidé à « régler le compte » de l’actuel président du Sntrc Pierre Sime et du coordonnateur du Bgft,  est prêt à tout pour parvenir à ses fins. Manipulation, allégations mensongères, désinformation, accusations sans fondements…tout y passe. A l’instar de cette une de l’hebdomadaire l’Equation « Le SNTRC et le BGFT sous administration provisoire » parue mardi dernier. Dans le milieu syndical, l’on espère que les accusations portées à l’encontre du Premier ministre va  enfin pousser les autorités camerounaises à comprendre que le fameux « collectif » est loin, tres loin d’être un interlocuteur crédible. On attend de voir

Ortanse Ngankou

Populaires cette semaine

To Top