Features

Scandale FIFA – Roger Milla se défend

ROGER-MILLA-Fécafoot-Volker Finke-FIFA

Dans une interview accordée au quotidien Le Jour, parution du vendredi 29 mai 2015, l’Ambassadeur de la Coupe du Monde Qatar 2022 donne son point de vue sur le scandale qui secoue actuellement la FIFA. Six hauts responsables de la Fédération Internationale de Football (Fifa), ont été mis aux arrêts ce mercredi en Suisse.

La justice américaine qui a ordonné leur arrestation et qui en même temps demande leur extradition aux Etats Unis, les accuse d’avoir accepté des pots-de-vin et des commissions du début des années 90 à ce jour. Notamment, lors de l’attribution de l’organisation de la grande messe du football mondial qu’est la Coupe du Monde. Le dernier fait en date est l’élection du Qatar comme pays organisateur de la compétition en 2022.

D’après une enquête publiée par le journal britannique Sunday Times et confortée par une autre enquête de France Football, la famille royale qatarie aurait sorti son carnet de chèques pour convaincre des hauts responsables de la FIFA de voter pour son pays. Mohamed Bin Hammam, un ancien haut responsable du football qatari aurait ainsi déboursé près de 5 millions de dollars pour obtenir le soutien de plusieurs représentants du football international.

Roger Milla, footballeur africain du siècle, avait été désigné Ambassadeur de la candidature du Qatar aux côtés d’autres grands sportifs. Dans les colonnes de Le Jour, il tient à clamer son innocence.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

«Personnellement, quand j’ai été fait ambassadeur de Qatar 2022, je ne savais pas que ce type de manœuvres était possible. Je suis allé soutenir le Qatar parce que le Qatar présentait la typologie d’un Etat africain, dans la mesure où ce pays n’avait jamais organisé de Coupe du Monde. C’est un petit pays. Quand ce pays s’est présenté, il m’a choisi comme ambassadeur comme il l’a fait avec d’autres grands sportifs. Je l’ai fait en ignorant qu’il y avait des dessous de table dans cette affaire», explique-t-il.

Roger Milla ne semble d’ailleurs pas inquiet de la possibilité que la justice américaine étende ses tentacules en Afrique dans le cadre de l’enquête sur cette affaire.

«Ce que j’ai perçu au Qatar n’a rien à voir avec le scandale autour de l’attribution de cette Coupe du Monde. Moi j’ai été contacté avant même que les élections aient lieu et, je l’ai fait sur la base d’un contrat à durée déterminée. Quand mon contrat est arrivé à son terme, je n’ai plus suivi le reste. En plus, mon image a été utilisée et il est hors de question qu’on me demande de rembourser quoi que ce soit. Je ne suis pas sûr que mon image qui a été utilisée sera remboursée si moi je rembourse les 20 francs qu’ils m’ont donnés».

Maintenant il faut pousser l’enquête jusqu’au bout pour savoir si effectivement il y a eu des malversations, pense l’Ambassadeur itinérant. «Mais malgré tout, je souhaite que le moyen orient organise cette Coupe du Monde, quel que soit ce qu’il y a eu», conclut-il.

Onana N. Aaron

Populaires cette semaine

To Top