Features

Santé : SIDA , un nouvel espoir

Cameroun-sida-le-virus

La  recherche sur  le  Sydrome d’ Immuno  déficience  acquise  (SIDA) est  relancée.  Des  chercheurs américains  viennent de développer  une substance  permettant de protéger  des singes  contre la contamination du VIH-1, le principal type du virus du SIDA  dans  le monde. 

Cette  substance  est issue de plusieurs années de recherches réalisées par The Scripps research institute, un centre de recherches, à but non lucratif, basé en Floride aux Etats-Unis d’Amérique.La conférence annuelle sur les  rétrovirus et infections opportunistes  qui  se  tient  à Seattle, aux Etats-Unis, du 23 au 26 février prochain, est certainement  un galop d’essai  pour cette nouvelle expérimentation. Et donc une occasion pour le professeur  Michael Farzan, ayant dirigé l’étude qui a mis au point la substance anti-SIDA , de prouver que son  équipe de recherche  a  développé un inhibiteur  puissant et à large spectre agissant sur le VIH-1 .

Le composé baptisé eCD4-Ig  offrirait une forte protection contre le VIH  et agirait en neutralisant deux récepteurs  nécessaires au virus pour entrer  dans les cellules. S’il est prématuré de  juger cette nouvelle expérimentation, on peut néanmoins relever   qu’elle s’est avérée  efficace pendant plusieurs mois  sur  des singes. L’expérimentation conduite sur  certains singes  a , en effet,  montré que  la substance anti-SIDA injectée ,une seule fois, est capable de protéger  ces animaux  de  l’équivalent du SIDA  sur une durée d’au moins huit mois .  Pour assurer l’effet de protection, la substance  anti-SIDA  a  été associée à un virus de type adéno-associé inoffensif mais capable de s’introduire dans les cellules et de leur fabriquer la protéine protectrice.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Il  y a lieu de noter que  les singes, auxquels la substance anti-SIDA  a  été inoculée, ont été soumis  à de fortes doses  de la version singe du virus du SIDA (SIHV-AD8). Aucun  de  ces animaux n’a  été infecté du SIDA contrairement aux  singes non immunisés. Cette nouvelle expérimentation a  beau susciter un  certain  espoir, dans la cadre de la lutte contre l’éradication du SIDA, la prudence recommande de reconnaître qu’elle  participe encore du domaine de la recherche. Le professeur Luc Montagnier, prix Nobel de médecine en 2008, à l’origine de la découverte du rétrovirus du SIDA, avait estimé qu’un vaccin thérapeutique pourrait voir le jour.  On n’y est pas encore.  La stratégie préventive expérimentée sur des singes  aurait, toutefois, l’avantage  d’offrir une protection durable contre le SIDA sans l’obligation de prises quotidiennes d’antirétroviraux.

Paul EBOA

Populaires cette semaine

To Top