Features

Santé : Comment les dentistes mettent la vie des populations en danger

dentistes - Cameroun - Mercure

En continuant délibérément à utiliser des amalgames dentaires pour plomber les dents creusées des patients, plusieurs dentistes camerounais en grande majorité participent  à la mort mais plus précisément à l’aliénation des patients. Depuis la signature d’un arrêté du Premier Chef du gouvernement fixant à 2% maximum la teneur en mercure de plusieurs utilitaires dentaires ou non, les cabinets dentaires exerçant en grande partie sur le territoire  camerounais n’ont pas daigné cesser d’utiliser les amalgames dentaires généralement pour le plombage de la dent.

Pire encore les cabinets dentaires pour la grande majorité de ceux exerçant au Cameroun ne possèdent pas de séparateurs pour neutraliser le mercure contenu dans les amalgames dentaires utilisés. Ces « bombes » pour la santé car possédant entre 40 à 50% de mercure, selon des études de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), baissent le QI (Quotient Intellectuel) de ceux qui les possèdent. Le mercure classé parmi les 10 substances les plus toxiques au monde par l’OMS pourrait amener un homme âgé de 45 ans à réfléchir comme un gamin de 15 ans à force de posséder des plombs dentaires. Pourquoi l’alerte n’a-t-il jamais été lancé ? L’ONU (Organisation des Nations Unis) a elle, depuis 40 ans, mis sur pied un programme de contrôle en signant une convention unique sur l’interdiction des amalgames dentaires. L’organisation sachant pertinemment que ces amalgames dentaires étaient très dangereux n’a ménagé aucun effort pour empêcher sa circulation. Comment ce « pollueur » se retrouve en terre camerounaise ?

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Le gain facile et la mafia pourraient être des réponses faciles car devant ce constat ils semblent avoir pris le pas sur le devoir moral de servir. Encore que, d’après plusieurs enquêtes, les médecins généralistes qui orientent les patients vers des dentistes ne sont pas au parfum des prescriptions faites par ces derniers. En plus de cela,  à peine 5% d’entre eux ignorent les conséquences sur la santé d’un thermomètre cassé par exemple. En plus d’après un responsable de la Direction de la lutte contre la maladie au Ministère de la santé qui estime que : « Le Cameroun n’a pas besoin d’amalgame dentaire », l’on est bien surpris que cette précision n’ait jamais atteint l’ordre national des chirurgiens dentaires qui n’en a jamais fait cas à ses membres.

Comme bon exemple au Cameroun, la désormais société Enéo Cameroun successeur de AES Sonel, a pour habitude de stocker ses PCV afin de les acheminer vers des pays où la technologie existe pour la destruction. Pourquoi les cabinets dentaires exerçant au Cameroun ne conserve-t-il pas les amalgames dentaires pour une destruction ciblée qui n’entravent en rien la santé des camerounais ? Ces amalgames qui se retrouvent dans les bacs à ordures de la société Hysacam se mélangent aux ordures ménagers qui sont détruits ou enfouis polluant au passage l’atmosphère et les sols.

A part la société Hysacam, même Cimencam pollue quotidiennement au mercure. Mais que fait-on ? En Afrique du Nord, il est formellement interdit d’utiliser les amalgames dentaires sur les patients. Le Cameroun pourra-t-il se conformer un jour ? C’est le combat que mène au quotidien Centre de Recherche et d’Education pour le Développement.

Yannick Ebosse

Populaires cette semaine

To Top