Features

Samuel Umtiti passe d’’indésirable à indispensable en équipe de France

Face à l’équipe d’Allemagne jeudi, le Camerounais s’est démarqué en jouant du bout du pied pour empêcher Thomas Müller de marquer. Irréprochable pour sa deuxième sélection lors de la demi-finale contre l’Allemagne (2-0), Samuel Umtiti est passé dans une autre dimension lors de cet Euro. Pourtant, en octobre dernier, Didier Deschamps ne le considérait pas au niveau pour intégrer les Bleus. Dix mois plus tard, Umtiti a gagné sa place de titulaire pour la finale. Vous connaissez le dicton : « Le malheur des uns fait le bonheur des autres ». Et pourtant, ce dicton a failli ne jamais s’appliquer à Samuel Umtiti. Au mois de mai, lorsque la blessure de Raphäel Varane a été officielle, on pensait logiquement que le Lyonnais, prévu dans les réservistes, prendrait sa place. Finalement, c’est Adil Rami qui avait pris sa place dans les 23 et celle de titulaire pour une histoire de pied fort.

Rattrapé par le col pour l’Euro après le forfait de Jérémy Mathieu, le néo-Barcelonais a d’abord abordé la compétition comme un coiffeur. Et puis Rami a récolté le carton de trop. Et Umtiti entra en scène. Müller n’a jamais vu le jour. Des doutes étaient apparus le concernant lorsque Didier Deschamps a privilégié son profil à celui d’Elaquim Mangala en quart de finale contre l’Islande (5-2). Et sa prestation, propre mais pas irréprochable, laissait penser qu’Adil Rami reprendrait sa place en charnière centrale contre l’Allemagne. Didier Deschamps en a décidé autrement. Et il a eu raison. Aligné aux côtés d’un Laurent Koscielny encore impérial, le gaucher a eu tout bon. Des interventions pleines de sang-froid, des sauvetages du bout du pied pour empêcher Thomas Müller de scorer et un placement irréprochable sont venus mettre tout le monde d’accord. L’ancien Lyonnais s’est même permis le luxe d’apporter sa contribution sur les relances françaises, certaines aboutissant même sur des occasions franches. En toute décontraction, le défenseur a sobrement commenté sa performance dans les travées du Vélodrome : « Je me suis bien senti tout simplement. J’ai essayé d’être serein encore une fois, de jouer sur mes qualités comme je sais le faire en club. Jouer à côté de ces joueurs, c’est pas très compliqué donc on s’adapte forcément. »

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

samuel-umtiti-equipe-de-france-euro-2016-e1464201306752

Un mois de juin rêvé Sa complémentarité avec Koscielny a fait des merveilles et désormais, Umtiti semble être devenu indiscutable en vue de la finale. Sans qu’un quelconque marabout n’y soit pour quelque chose. Qu’il est loin le temps où Didier Deschamps ne le voulait pas en bleu. C’était en octobre dernier et, auprès d’Eurosport.fr, DD s’était fendu d’un tacle les deux pieds décollés pour justifier la non-sélection du Lyonnais d’alors. Umtiti n’a rien dit. Il s’est tut, a travaillé et a finalement décrocher son sésame sur le fil pour l’Euro. Puis, au mois de juin, le grand Barça est venu le chercher. La suite n’en est finalement que plus logique.

Prêt pour la finale
Même si cela très vite comme il l’a reconnu après coup : « C’est pas facile pour des débuts de jouer une demi-finale mais petit à petit je me sentais plus à l’aise. Pour moi, honnêtement c’est exceptionnel de jouer face à une telle équipe sans prendre de buts » Avant d’ajouter : « Je profite de ce qu’il se passe, parce qu’honnêtement, je ne pensais pas être présent aujourd’hui. C’est un sacré mois de juillet, j’espère que ça va continuer comme ça ». La suite il la connaît. S’il veut connaître le plus bel été de sa jeune carrière, Umtiti sait ce qu’il lui reste à faire dimanche face aux Ronaldo, Nani ou Quaresma. D’ailleurs, il affirme d’ores et déjà « être prêt ». Histoire de continuer à grandir à vitesse grand V.

Sources : Journal du Cameroun.com

Populaires cette semaine

To Top