Features

Samuel Eto’o félicite Ondoua pour sa signature au FC Séville

fabrice_ondoua_Samuel_Eto’o

L’ancien capitaine des Lions indomptables souhaite bon courage à son ancien poulain pour sa nouvelle aventure. Le gardien des Lions indomptables, Joseph Fabrice Ondoua, joueur de Gimnastic Tarragone, a été prêté il y a quelques jours pour une saison avec option d’achat à Séville FC, qui le fera jouer dans un premier temps dans son équipe réserve. Le portier camerounais âgé de 21 ans, et qui enregistre 19 apparitions sous les couleurs vert-rouge-jaune, a été recruté pour palier la blessure du gardien espagnol David Soria, pressenti pour garder les cages du FC Séville cette saison, mais qui ne devrait pas revenir de si tôt d’une blessure qu’il venait de contracter.

Fabrice Ondoua, formé à Fundespor puis au FC Barcelone, retrouve ainsi un club de standing important dans lequel il aura désormais l’occasion de mieux vendre son talent. Il a d’ailleurs été félicité par Samuel Eto’o, l’ancien capitaine des Lions indomptables et son mentor qui lui a fait un message amical sur les réseaux sociaux où il est suivi par plusieurs millions de personnes à travers le monde. «Courage mon fils @ondoa1 pour cette nouvelle aventure», a écrit l’attaquant d’Antalyaspor, accompagnant son texte d’une image montrant Ondoua en train de serrer la main à un dirigeant du club andalou.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Cette sortie de Samuel Eto’o montre bien que le portier des Lions indomptables fait partie des joueurs passés par Fundespor qui gardent de bonnes relations avec l’ancien joueur de Chelsea et propriétaire de ce centre. Lors de son dernier passage à l’émission «Griffe de pro» sur la chaine panafricaine Vox Africa, Eto’o fustigeait l’ingratitude de certains jeunes joueurs camerounais formés dans son académie. «Certains des jeunes qui sont passés par mon centre ont pensé qu’ils étaient plus qu’Eto’o, c’est la réalité des choses. Mais c’est leur carrière. J’ai fait ce que j’’avais à faire en tant que grand frère : aider… Une fois à l’équipe nationale, j’arrive, il y avait un qui était convoqué, il ne m’a pas salué. J’étais détruit. Vous vous imaginez ? Mais ce sont les choses de la vie et puis, je garde ça pour mes mémoires», avait-il décrié, sans vouloir citer de nom.

Wiliam TCHANGO

Populaires cette semaine

To Top