Features

Séjour fructueux pour Chantal Biya à Washington

chantal-biya-Washington

Carnet d’adresses plus fourni en contacts utiles, nouvelles causes à soutenir : la première dame repart de Washington avec de nombreuses ouvertures pour ses œuvres caritatives.

C’est une Mme Chantal Biya rayonnante et fort attentive qui a pris part, mercredi dernier, au Symposium des premières dames organisé par Michelle Obama, la First Lady américaine, en partenariat avec Laura Bush. La première dame camerounaise, arrivée en compagnie de Mme Céline Ngoh Ngoh à ce forum tenu toute la journée au John F. Kennedy Center for the Performing Arts, s’est tout de suite retrouvée dans son élément. Les actions caritatives et humanitaires en faveur de la santé ainsi que de l’éducation des filles et des femmes, notamment. En effet, son engagement pour la lutte contre les maladies et les souffrances relativement à cette frange de la population n’est plus à démontrer. Et sa réputation de dame au grand cœur œuvrant pour endiguer la mortalité maternelle et infantile, le Vih/Sida, les diarrhées à rotavirus, tout comme ses actions pour soutenir l’éducation de la petite fille l’ont précédée dans les salons du Kennedy Center. D’où l’accueil chaleureux qui lui a été réservé et les nombreuses sollicitations dont elle a été l’objet.

Comme les autres premières dames africaines engagées sur le terrain social, l’ambassadrice de bonne volonté de l’Unesco a été félicitée pour l’ensemble de son œuvre impactant de manière significative la vie des populations camerounaises. Au terme de la partie protocolaire consacrée aux échanges sur la portée des investissements dans l’éducation, la santé des filles et des femmes, ainsi que le partenariat public-privé, champ libre a été laissé aux participants pour nouer des contacts bénéfiques. Il faut savoir que de nombreuses fondations, organisations non gouvernementales ou à but non lucratif et autres compagnies travaillant dans les domaines en rapport avec les femmes et les filles en Afrique étaient présentes à cette grand-messe. La plupart d’entre elles disposent d’énormes fonds et sont à la recherche de personnalités et des institutions fortes capables de porter leurs projets ou de soutenir différentes causes humanitaires. C’est donc sans surprise que Mme Chantal Biya qui, a déjà fait ses preuves sur ce terrain, a régulièrement été approchée.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

George W. Bush, ancien président des Etats-Unis, a d’ailleurs profité du rassemblement de la trentaine de premières dames africaines pour annoncer que sa fondation, très active dans la lutte contre le cancer du col de l’utérus dans nos pays, va augmenter ses financements sur le continent. D’autres organisations ont aussi fait part de leur désir d’expansion en Afrique et des financements disponibles. Un ensemble d’informations qui ne sont pas tombées dans les oreilles d’une sourde. Encouragée par les propos de Michelle Obama invitant les premières dames à s’investir davantage pour améliorer le bien-être des populations, l’épouse du chef de l’Etat s’est immédiatement lancée dans le « networking ». De stand en stand, très à l’écoute et n’hésitant pas à poser des questions si nécessaire, Mme Chantal Biya est allée à la rencontre de différentes organisations pour connaître leurs activités, de même que leurs offres de partenariats. Bien décidée à tirer quelque chose de concret de ce séjour Washingtonien pour la Fondation Chantal Biya, Synergies africaines contre le Sida et les souffrances, le Centre international de référence pour la recherche sur la prévention et la prise en charge du Vih/Sida, le Centre de recherche appliquée en chirurgie endoscopique et reproduction humaine ou le Cerac. Elle envisage déjà, certainement, l’élargissement de son champ d’action en s’impliquant dans la lutte contre les cancers du col de l’utérus et du sein. Une réalité camerounaise aussi.

Yvette MBASSI-BIKELE| Cameroon-tribune

Populaires cette semaine

To Top