Features

Sébastien Roques menace de trainer Canon et Union devant la FIFA

sebastien Roques-Canon-Union-Cameroun

L’Union Sportive de Douala et le Canon de Yaoundé pourront bientôt être trainés devant les Services de Litige de la Fédération Internationale de Football Association (FIFA). La menace vient de Sébastien Roques, entraineur français de football. Celui-ci accuse les deux clubs mythiques du Cameroun de n’avoir pas rempli leur part de contrat au moment où il officiait sur leur banc technique. « Dans quel pays travaille-t-on sans contrat ? Heureusement que j’ai les photocopies des feuilles de matches ainsi que ma licence pour prouver et justifier cela », indique le technicien français dans un entretien accordé au journal La Nouvelle Expression, édition du 18 septembre 2014.  Ainsi, certainement dans les prochains jours, « le dossier va être transmis au Service Litige de la FIFA par l’intermédiaire d’un avocat agréé », précise le plaignant.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Selon l’ex entraineur de l’Union de Douala et du Canon de Yaoundé qui ne précise pas les sommes réclamées à ses deux anciens employeurs, l’objectif de sa démarche, loin d’être « une question d’argent » vise à faire cesser l’impunité dans les milieux du football camerounais. Le coach français dit d’ailleurs avoir démissionné de ses fonctions au sein du Kpa Kum suite à une incompatibilité d’humeur avec Soleil Nyassa Nyassa, le Directeur Général qui, de son côté annonçait pourtant avoir débarqué son coach français. Depuis son arrivée dans cette équipe, il y a environ trois mois, le courant n’était jamais véritablement passé entre les deux hommes. Accusé d’insubordination par son patron, Sébastien Roques s’était vu coller une suspension disciplinaire de quatre matches. « Si le fait de dénoncer des petites magouilles et transactions occultes nuisant à la bonne marche du Canon, est considéré comme de l’insubordination, alors, je l’assume… Mais venant d’un petit homme (Nyassa Soleil, ndlr) qui tous les deux jours passe son temps à insulter une nouvelle victime dans les médias (y compris la PCA), cela ne me fait ni chaud ni froid », s’est moqué le coach français.

Il explique avoir eu les mêmes problèmes avec les dirigeants de l’Union Sportive de Douala. « Je ne suis pas un béni oui-oui et ne suis pas prêt à accepter tout et n’importe quoi et à supporter les conditions infligées aux joueurs. Près de 80% des joueurs camerounais souffrent et vivent sous le seuil de pauvreté », regrette celui qui se dit diplômé d’Etat en France et de l’Uefa, en réponse aux déclarations de Soleil Nyassa qui récusait son aptitude à entrainer le Canon. Le coach français serait retourné dans son pays vendredi dernier.

Wiliam Tchango, Cameroon-Info.Net

Populaires cette semaine

To Top