Features

ROULEAU COMPRESSEUR : Les tortionnaires de Fotso l’expulsent de l’hôpital général de Yaoundé

yves_michel_fotso

 Il a été arraché de son lit de malade par un commando d’hommes armés et ramené de force dans sa cellule au SED. Les médecins en charge de son suivi n’étaient pas consentants.

Yves Michel Fotso n’est pas à l’article de la mort. Mais sa vie n’est pas pour autant hors de danger. Il est en effet sevré de soins pour son état de santé encore préoccupant. Son séjour à l’hôpital général de Yaoundé ayant été interrompu brutalement alors que ses médecins traitants ne le jugeaient pas encore cliniquement libérable. C’était le dimanche, 31 janvier 2016, lorsqu’une escouade de gendarmes armés jusqu’aux dents l’a arraché de son lit de malade et ramené de force dans sa cellule sise à la caserne militaire du secrétariat d’Etat à la Défense (SED) où il est en détention.

Rendu au sein de l’hôpital général de Yaoundé, le pavillon haut standing, logé au 3ème étage du bâtiment, en face du service d’oncologie, où le célèbre prisonnier était hospitalisé, baigne dans une ambiance de vie normale et de jour ordinaire. Usagers et corps médical déambulent librement. Aucune présence d’hommes en tenue. Le dispositif sécuritaire essentiellement constitué de gendarmes et autres éléments en civile qui avait investi les lieux a été démantelé. Mais on dirait qu’un mot d’ordre a été passé ici pour imposer un silence de mort autour de l’affaire.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Néanmoins quelques indiscrétions, dans l’ensemble pour marquer l’étonnement face à « une pareille injustice, une telle violence vis-à-vis d’un homme affaibli et malade de la part des autorités de ce pays », inhibent le reporter d’une lumière crue sur ce qui s’est passé. Indice déterminant, il est fait état de ce que l’hôpital n’a pas été consentant pour libérer le patient Fotso Yves Michel. Ses médecins traitant avaient jugé bon de le garder sous observation en dépit de l’évolution satisfaisante de son état. Un médecin, redoutant les foudres de sa hiérarchie, explique sous anonymat que « le sujet n’était pas encore cliniquement stable. Il voguait de rechute en rechute brusque en apprenant les nouvelles, pas bonnes, de sa procédure au TCS lui parvenait. C’était par exemple le cas quand la justice a décidé de le juger en son absence pour cause de maladie, il a développé une hausse de tension anormale. C’est ce qui, entre autres, a amené le corps médical à s’entourer de cette précaution ».
Sur les circonstances de son « expulsion » de l’hôpital, nos sources allèguent qu’il n’a pas reçu de sévices corporels. Elles sont plutôt catégoriques sur les dommages qu’un pareil traitement peut pouvoir causer à un sujet malade. Yves Michel Fotso  a été admis à l’hôpital général de Yaoundé, le 23 novembre 2015, dans un état très critique. Des sources médicales dans cet établissement hospitalier confiaient alors qu’il avait perdu ses capacités immunitaires. Médecin chef de l’infirmerie de la Gendarmerie nationale, le médecin-colonel Annie Ngabala, l’y avait préalablement placé sous observation. Elle décidera finalement d’un transfèrement vers un établissement hospitalier au plateau technique pouvant prendre en charge efficacement le malade dont l’état de santé se dégradait en dépit des soins qui lui était administrés.

La tournure des évènements sur le cas Yves Michel Fotso  provoquent désapprobations et indignation généralisée dans son entourage et auprès des organisations de défense des droits humains. Y compris dans les hautes sphères du pouvoir de Yaoundé où certaines personnalités sont convaincues de ce que « l’on est assurément en train d’expérimenter la mort à petit feu de cet homme.

Le TCS, après avoir encaissé son argent représentant le corps du délit dans l’affaire Camair, a opté de le juger bien qu’il soit en droit de bénéficier d’un abandon des poursuites et, même de le juger en son absence bien que malade et interné à l’hôpital. Ce qui est déjà suffisamment très grave en termes de violation des droits humains en général ainsi que des lois de ce pays garantissant à tout citoyen un procès juste et équitable. Maintenant si on en arrive à faire usage de la force pour lui faire quitter l’hôpital où il était soigné, alors qu’il n’avait pas demandé à y aller, tout cela est révélateur de ce que ses tortionnaires veulent le tuer ».

 Germaine Mendome

Populaires cette semaine

To Top