Features

Roger Milla : “Pousser les enquêtes jusqu’au bout”

Roger Milla - Cameroun - Fecafoot-argent

Roger Milla Ambassadeur de la Coupe du Monde Qatar 2022, donne son point de vue sur le scandale qui secoue la Fédération internationale de football.

Comment percevez-vous le scandale autour de la Fifa ?


L’opinion publique ne doit pas être étonnée de ce qui est en train de se passer à la Fifa. Les choses pour lesquelles les responsables de la Fifa sont épinglés aujourd’hui se passent depuis 24 ans. Tout le monde le sait ; d’ailleurs, il n’y a pas longtemps, plusieurs responsables de la Fifa avaient été arrêtés pour les mêmes raisons. Ils ne se sont pas calmés, ils  ont continué. Malheureusement pour eux, ils ne se sont pas arrêtés, ils ont continué dans leurs sales besognes et là, ce sont les Américains qui sont à leurs trousses. Et, quand les Américains prennent une affaire en main, ils vont jusqu’au bout. Je souhaite que ça continue dans les autres continents, afin qu’on sache exactement qui sont ceux qui détournent l’argent du football, ceux qui détournent l’argent des acteurs, ceux qui détournent un argent qui peut construire des infrastructures dans les pays.

Pourquoi le dites-vous ?


C’est chaque pays qui veut organiser la Coupe du Monde, parce que la Coupe du Monde rapporta beaucoup d’argent. Chaque Etat veut avoir la sienne et c’est pour cette raison qu’il y aura toujours des magouilles autour de cette affaire, tant que les actuels dirigeants seront là.

Et Blatter dans tout ça ?


Joseph Sepp Blatter ne peut pas dire qu’il ne savait pas tout ce qui se passe, ou qu’il n’est pas au courant.

Vous semblez sûr de vous…


Vous savez, son secrétaire général (Jérôme Valcke, Ndlr) connait tout, il est au courant de tout, c’est lui qui gère l’argent du football camerounais. Ils sont tous au courant et il leur revient à eux-mêmes de prendre leurs responsabilités, afin d’éviter que ce soient les Américains qui leur rentrent dedans. Vous savez, si ces Américains tombent sur les dossiers africains, ça va être grave.

Ne vous sentez-vous pas inquiet, vous qui avez été ambassadeur de la Coupe du Monde Qatar 2022 ?


Personnellement, quand j’ai été fait ambassadeur de Qatar 2022, je ne savais pas que ce type de manoeuvre était possible. Je suis allé soutenir le Qatar parce que leQatar présentait la typologie d’un Etat africain, dans la mesure où ce pays n’avait jamais organisé de Coupe du Monde. C’est un petit pays. Quand ce pays s’est présenté, ilm’a choisi comme ambassadeur, comme il l’a fait avec d’autres grands sportifs. Je l’ai fait en ignorant qu’il y avait des dessous de table dans cette affaire.Maintenant, il faut pousser l’enquête jusqu’au bout pour savoir si effectivement il y a eu des malversations. Mais, malgré tout, je souhaite que le Moyen-Orient organise cette Coupe du Monde, quel que soit ce qu’il y a eu.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Rembourseriez-vous ce que vous avez perçu ?


Ce que j’ai perçu du Qatar n’a rien à voir avec le scandale autour de l’attribution de cette Coupe du Monde. Moi j’ai été contacté avant même que les élections aient lieu et, je l’ai fait sur la base d’un contrat à durée déterminée. Quand mon contrat est arrivé à son terme, je n’ai plus suivi le reste. En plus, mon image a été utilisée et il est hors de question qu’on me demande de rembourser quoi que ce soit. Je ne suis pas sûr que mon image qui a été utilisée sera rembourser si moi je rembourse les 20 francs qu’ils m’ont donnés.

L’Afrique doit-elle être inquiète, d’après vous ?


C’est toute l’Afrique qui doit être inquiète. Ce qui se passe à la Fifa se passe aussi au Cameroun. Personne ne peut me démentir là-dessus. A cet effet, nous demandons aux présidents des fédérations africaines de se prendre en main pour régler cette affaire, afin d’éviter que ce soient les tribunaux qui s’en chargent comme on le voit sur toutes les chaînes de télévision.

Et le Cameroun dans tout ça ?


Ce qui se passe en ce moment dans le football au Cameroun n’est qu’une copie de ce que la Fifa fait. J’en profite d’ailleurs pour envoyer une doléance au chef de l’Etat, pour lui réitérer que, ce que j’ai toujours dit est en train d’éclater. La Fifa n’est pas propre, la Fifa ne peut pas nous sanctionner si nous n’avons rien fait. Nous avons la preuve aujourd’hui. Il revient au chef de l’Etat de sanctionner les dirigeants camerounais, surtout que des preuves de malversations dans les milieux du football au Cameroun sont visibles.

Quel conseil donneriez-vous à votre compatriote Issa Hayatou, l’un des vice-présidents de la Fifa?


Je ne m’occupe pas de ce qu’Issa Hayatou fait à la Fifa. C’est ce qu’il fait à la Caf qui m’intéresse. Le président Hayatou n’a qu’à convoquer un comité exécutif et voir ce qu’il y a lieu de faire, afin d’éviter que ça passe par les tribunaux.

Quel message envoyez-vous aux dirigeants de la Fécafoot ?


Aux dirigeants de la Fécafoot, je leur demande de bien se tenir. Ils sont allés jusqu’à insulter le gouvernement, ils ont bafoué les lois du pays. D’ailleurs, tous ceux qui les supportent doivent aussi bien se tenir ; on les connait, ils sont nombreux.

Où les trouve-t-on ?


On les retrouve à la présidence de la République, à la Primature et le moment est venu pour qu’ils rendent gorge. Ils n’avaient jamais imaginé que les choses tournent comme elles sont en train de tourner.

 Propos recueillis par Ateba Biwolé

Populaires cette semaine

To Top