Features

Roger Milla décline la succession à Iya Mohammed à la la Fédération

ROGER-MILLA-Fécafoot-Volker Finke-FIFA

Roger Milla Le Meilleur joueur camerounais du siècle dernier, n’a pas attendu le 17 novembre prochain, délai fixé pour l’enregistrement des candidatures, pour prendre position face à la sollicitation de ses inconditionnels de le voir briguer le poste de président de la Fécafoot.

«Je ne suis pas candidat à la prochaine élection à la Fédération camerounaise de football. Je n’en ai pas besoin» a déclaré Roger Milla. C’était samedi dernier dans son village à Japoma, région du Littoral. L’Ambassadeur itinérant du sport camerounais était au stade Jean Ndokat de Japoma, la guest star de la cérémonie d’ouverture d’un tournoi de football dénommé «Kwè mba dia». Relancé sur les raisons du refus de cet Appel de ses inconditionnels, le Chevalier de la légion d’honneur  n’a pas dribblé pour faire savoir que les conditions actuelles ne permettent pas l’organisation d’une élection juste.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Grosse désillusion pour les fans du héros de la Coupe du monde 1990 qui avaient encouragé le 12 août 2014, Roger Milla à s’engager dans la succession de Iya Mohammed, le président sortant de la Fécafoot incarcéré depuis 16 mois à la prison de Yaoundé-Kondengui. «Nous ne pouvons pas nous engager pour rien. Le vieux Lion avec qui nous nous sommes entretenus, a un souci qui est celui d’écrire une nouvelle page du football Camerounais» affirmait alors Dechato Kamdou, président du Comité de soutien à la Candidature de Roger Milla. «Nous sommes entrain de vouloir opérer une réelle révolution du football camerounais et nous avons estimé que Roger Milla a le profil adéquat pour porter nos aspirations» explique-t-il, étant très convaincu que leur sollicitation allait prospérer. Mais, un peu plus de deux mois après, le célèbre numéro 9 déclare qu’il est non partant.

Ancien footballeur de talent, Roger Milla a été président d’honneur de la Fédération Camerounaise de football entre 2008 et 2012. Durant cette période, il a touché à en croire Milla lui-même, un salaire mensuel de 300 mille FCFA. Ambassadeur itinérant de la république du Cameroun, le Champion d’Afrique 1984 et 1988 est depuis deux ans membre d’une opposition farouche aux dirigeants de la Fécafoot. Il n’a jamais fait mystère de sa volonté de faire partir «par tous les moyens et à tous les prix», les gouvernants du football de son pays. C’est dans cette optique qu’il a fondé l’année dernière avec Emmanuel Mvé, lui aussi ancienne gloire des Lions Indomptables, le Comité citoyen pour le redressement du football camerounais.

Adeline Atangana

Populaires cette semaine

To Top