Dossiers

Richard Ewane : il faut les frais d’une année d’études pour obtenir le visa

Richard Ewane-Visa

Conseiller à l’éducation à l’ambassade des Etats Unis du Cameroun, il explique les modalités à suivre pour poursuivre les études supérieures dans ce pays. Depuis près de 10 ans l’ambassade des Etats-Unis (Usa) au Cameroun offre des programmes d’orientations aux jeunes camerounais qui veulent poursuivre leurs études aux Usa. Quel est le problème que vous-voulez résoudre au travers de ce programme ?

Le fait est que beaucoup de personnes se font escroqués et arnaqués parce qu’ils n’ont pas la bonne information. Ces charlatans vont par exemple vous dire que pour étudiez aux Usa, il vous faut en moyenne 50 millions dans votre compte pour demander le Visa. Certains vont même plus loin en racontant que le bac ou la licence du Cameroun n’est pas reconnu aux Usa. Ce qui est non fondé. Tout d’abord, en ce qui concerne l’obtention du visa, il faut juste avoir de quoi payer  pour un an de vos études. Si votre école coûte 10 mille dollars, il faut juste avoir 10 mille dollars dans cotre compte. Maintenant si vous obtenez une bourse partielle de 5 mille dollars, vous devez juste l’autre moitié c’est-à-dire 5 mille dollars dans votre compte pour avoir un Visa. S’agissant des diplômes Camerounais, Les universités aux Usa recherchent juste si vous avez des qualifications pour accéder à l’université dans votre pays d’origine. Donc, si le Baccalauréat vous permet d’accéder à l’université dans votre pays, il en est de même pour les Usa aussi, si la licence vous permet d’accéder au master dans votre pays, il en sera pareille aux Usa. Maintenant, la différence est que la licence est quatre ans aux USA et de 3 ans au Cameroun. En fait, c’est le manque d’informations car les Camerounais ont les capacités académiques et sont fort pour accéder aux meilleures universités Américaines.

Maintenant, pour un jeune bachelier qui voulait poursuivre ses études, quelle est la procédure qu’il doit suivre ?

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Quand les jeunes arrivent ici, deux fois par mois, je fais la session d’orientation pendant laquelle j’explique vraiment aux étudiants comment choisir un établissement parce qu’il y’en a presque cinq mille aux Usa. Ce n’est pas évident de faire le choix. Mon rôle est de les aider. Je leur explique les critères qu’il faut vérifier, les sites web qu’ils doivent visiter pour faire le tri. Après le tri, il y a des établissements qui vont vous demander des relevés de notes, on va vous donner des rédactions à rédiger. Parce qu’aux Usa, il ne suffit pas d’avoir de bonnes notes. C’est certes important, mais après cela, ils veulent savoir la personne qui se sache derrière ces notes. Il en est de même pour les lettres de recommandation que vos enseignants font faire pour vous. Je travaille avec les étudiants à chaque étape jusqu’à ce que ce soit bon pour envoyer aux universités. Je peux également orienter les étudiants vers des programmes de bourses qu’ils ne connaissent pas. A l’exemple du Master class Scholarship qui paye entièrement les frais de scolarités. Dans le cadre de cette bourse, il y a actuellement deux étudiants. L’un étudie aux usa et l’autre au Ghana gratuitement.

Pourquoi ce programme ne concerne que le cycle universitaire ?

Il n’ya pas le cycle universitaire. C’est qu’actuellement les plus nombreux sont les nouveaux bacheliers. Mais en ce qui concerne les élèves du secondaire, je travaille aussi avec eux même si les options qui s’offrent à eux ne sont pas nombreuses.

Quelles sont les filières que les jeunes camerounais sollicites le plus pour les études aux Usa ?

Il y a le domaine de la médecine mais, ce n’est pas pour être docteur plutôt infirmier. La plus part des jeunes font ce choix le plus souvent parce qu’ils ont des amis ou des frères qui ont réussis dans ce domaine. Pourtant, ce n’est  pas parce que votre ami a obtenu une bourse pour faire la médecine que vous allez faire la même chose. Il existe des bourses en littérature. Autres filières prisées, il y a l’ingénierie et la comptabilité.

Propos recueillis par Viviane Bahoken

Populaires cette semaine

To Top