Mboa'Actu

Retrait des pays africains de la CPI: l’UA se prononce le 13 octobre

L’organisation panafricaine vient d’annoncer une réunion extraordinaire sur la question.

L’Union africaine (UA) a annoncé le week-end dernier un sommet extraordinairele 13 octobre prochain pour protester contre les procès des dirigeants kenyansouverts à la Cour pénale internationale (Cpi). Plusieurs sources ont fait état d’une lettre adressée par les dirigeants africains à la Cpi, qui explique que la présence du vice-président kényan William Ruto à son procès à La Haye va « désavantager le Kenya », sans donner d’autres détails au sujet de cette correspondance. Par contre, il semble déjà clair que la rencontre prévue à Addis-Abeba permettra à chacun des 43 pays signataires du Statut de Rome de dire s’ils souhaitent ou non se retirer de ce traité fondateur de la Cpi. Toutefois, ce « sera une décision prise par chaque Etat individuellement » précise le vice-président de la Commission de l’UA, Erastus Mwencha.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Cette annonce survient après les récriminations déjà formulées par l’UA en mai dernier contre cette instance. L’organisation panafricaine avait accusé la Cpi de « chasser » des dirigeants africains et d’ignorer les atrocités commises ailleurs. Le Premier ministre éthiopien, Hailemariam Desalegn, avait alors assuré que « les dirigeants africains ne comprennent pas les poursuites contre » le président kényan Uhuru Kenyatta et son vice-président. Les deux dirigeants sont inculpés depuis janvier 2012 pour des crimes contre l’humanité commis durant les violences post-électorales de décembre 2007 au Kenya qui avaient fait plus de 1 000 morts et des centaines de milliers de déplacés.

Depuis son entrée en fonction en 2003, la Cpi  a ouvert des enquêtes dans huit pays, tous africains, notamment la RDC, l’Ouganda, le Darfour, le Soudan, la RCA, le Kenya, la Libye, la Côte d’Ivoire et le Mali.

Sources: Cameroun Tribune

Populaires cette semaine

To Top