Features

Répression : Afrique Media reste fermée

Afrique-Media

Le Conseil national de la Communication refuse d’obéir aux instructions du Mincom ordonnant la levée de la mesure de suspension d’un mois. Le 2 octobre 2015, le ministre de la Communication (Mincom) a adressé une lettre au Conseil national de la communication (Cnc).Dans cette correspondance, Issa Tchiroma Bakary demande à Peter Essoka, le vice-président du Cnc de faire ordonner la levée de la mesure de suspension temporaire de la chaîne de télévision panafricaine Afrique media.

En effet, c’est le 4 juin 2015 que le Cnc, organe régulateur du paysage médiatique camerounais, a suspendu pour un mois, la chaîne de télévision Afrique média. On reprochait à celle-ci, un « manque généralisé de professionnalisme » et une « confusion préjudiciable entre liberté d’opinion et atteinte à la dignité des personnes ».

Bien qu’ayant fait appel de la décision devant le tribunal administratif, les dirigeants de cette chaîne « panafricaine » ont finalement vu leurs bureaux de Yaoundé scellés le 6 août dernier et ceux de Douala quelques jours après par les autorités administratives. Si l’on s’en tient à la durée de suspension infligée à Afrique média par la Cnc qui est d’un mois, et qui a pris effet dès le mois d’août, il est évident que la sanction de ce média est arrivée à expiration depuis le mois de septembre 2015.

Violation d’autorité

C’est d’ailleurs cet argument que le Mincom avance dans sa correspondance pour justifier la demande de réouverture d’Afrique média: « En application des dispositions des décrets numéros 2011/408 du 09 décembre 2011 portant organisation du Ministère de la Communication, stipulant chacun en ce qui le concerne, le suivi des activités du Conseil national de la communication par mon département ministériel, j’ai l’honneur de vous demander de bien vouloir faire ordonner la levée de la mesure objet de la décision N° 00015/Cnc du 04 juin 2015 portant suspension temporaire de la chaîne de télévision « Afrique Média ». En effet, la mesure suscitée dont l’application a fait l’objet d’une apposition de scellés sur les installations de ladite chaîne en date du 06 août 2015, est arrivée à expiration depuis le 05 septembre 2015.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Je vous saurais par conséquent gré des diligences à faire à votre niveau pour la reprise immédiate des activités de cette chaîne de télévision ». Sauf que d’après Peter Essoka, il ne revient pas au Mincom d’instaurer la conduite à suivre par le Cnc. Joint au téléphone ce 6 octobre 2015, le vice-president du Cnc déclare que le Mincom n’a aucune autorité sur le Cnc. « Nous avons été beaucoup surpris de recevoir cette correspondance du Mincom. C’est le Cnc qui a pris la décision de sanctionner Afrique media. Alors c’est à nous également que revient la décision de lever la sanction.

C’est vrai que le Mincom veille sur la communication, mais il n’a aucune autorité sur le Cnc parce que nous sommes un organe indépendant », explique le Vice-president. Il indique que Issa Tchiroma aurait pu adopter une approche plus diplomatique, au lieu d’adresser une « correspondance publique ». « À peine le Cnc avait pris acte de cette correspondance, que tous les médias en parlaient déjà. Ceci veut dire que ces derniers ont reçu la missive avant même les concernés (Cnc). Au lieu d’agir ainsi, le ministre de la Communication aurait pu consulter le Cnc, et ensemble, nous aurions trouvé un consensus. Venir faire une telle demande en public est une violation de notre autorité », poursuit Peter Essoka d’un ton ferme, mais posé. Il promet de répondre à Issa Tchiroma, mais en attendant, « Afrique media reste fermée ».

Populaires cette semaine

To Top