Features

Rentrée universitaire : les inscriptions, un vrai calvaire !

Maroua-étudiants-université-Cameroun-formation

La rentrée universitaire 2013 est prévue dans quelques jours. On peut évidemment voir les différents campus de la ville bondés de monde.

Des nouveaux comme des anciens étudiants s’agitant dans tous les sens pour se pré-inscrire dans leurs filières respectives. Par contre, il est une chose frappante qui capte l’attention de tout le monde : La lenteur dans ces procédures d’inscription ou de pré-inscription. Depuis quelques années déjà, il est interdit  au personnel universitaire de percevoir l’argent des inscriptions. Ce qui a permis le développement des paiements par voie bancaire. Toutefois, si cette résolution a permis de faire régresser la fraude et la corruption en milieu universitaire, le problème de la lenteur n’est pour autant pas résolu.

 Eric par exemple, est un jeune homme qui souhaite se pré-inscrire en Master 1 d’économie, mais depuis quelques jours il n’arrive pas à payer les frais nécessaire à sa pré-inscription. Pourtant, il vient tous les jours avec ses documents. Après ce fameux paiement, il lui faudra encore remporter une autre bataille : déposer son dossier d’inscription et enfin attendre la Liste définitive des inscrits de sa filière qui sera affichée au courant du mois. Il ne semble pas optimiste pour la suite car le délai des pré-inscriptions passera peut être dans quelques jours et il risque ne pas obtenir une place en Master 1. Voilà, à peu près le calvaire des jeunes camerounais qui ne réclament que le droit à l’instruction. Malgré tout, à l’université de Douala, il est désormais possible de se pré-inscrire sur Internet dans certaines facultés comme la Faculté des Lettres et des Sciences humaines. Mais, cette pré-inscription n’est malheureusement qu’une petite étape d’un long processus. Pourtant avec le Système LMD mis sur pied par le Ministère camerounais de l’Enseignement supérieur, et calqué sur la Réforme LMD de l’Enseignement supérieur en Europe pour une meilleure harmonisation des cursus et une bonne mobilité des étudiants, on aurait pensé que les choses iraient beaucoup mieux. Il est clair qu’une fois de plus le Cameroun n’a copié qu’à moitié ! Car, les universités occidentales ont un processus d’inscription beaucoup plus simple et bien plus rapide. Il est question de manière basique :

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

  • D’envoyer son dossier de préinscription en ligne en remplissant simplement un formulaire et une fiche d’information
  • Puis d’attacher en pièces jointes des copies scannées de ses documents personnels (carte d’identité nationale, acte de naissance, etc.),  des justificatifs du statut d’étudiant et diplômes obtenus.
  • Effectuer le  paiement des frais par virement bancaire.

A l’issu de cette opération, un message de confirmation et une Lettre signée par le Président de l’université, le Doyen ou le Responsable des admissions, sont envoyés par courriel au candidat pour matérialiser son acceptation. Les originaux de tous les documents envoyés y compris des diplômes seront alors réclamés au moment de l’inscription définitive lorsque l’étudiant arrivera à l’université.

On se demande alors ce qui dans ce processus est si complexe pour que les Universités et les grandes écoles au Cameroun n’y parviennent pas ! On confond peut être d’époque ou est-ce à cause du personnel universitaire vieillissant, qui n’arrive toujours pas à se mettre à l’informatique et aux nouvelles technologies ? Quoiqu’il en soit, les choses vont sans doute encore aller aussi lentement au détriment des Etudiants qui eux, misent gros dans cette histoire car ils jouent leur Avenir.

Aristide BILLE KOFFI

Populaires cette semaine

To Top