Features

Rentrée scolaire: Situation préoccupante pour les élèves de l’Extrême Nord

Rentrée-scolaire

A quelques jours de la rentrée scolaire 2014-2015, les écoles des villes de Mora et de Kolfata servent toujours de refuge aux déplacés fuyant les combats entre l’armée camerounaise et les combattants de Boko Haram.

A cinq jours de la rentrée scolaire 2014-2015, la situation des élèves de la Région de l’Extrême Nord, théâtre des combats entre les éléments de la secte islamiste Boko Haram et l’armée camerounaise est plus que jamais préoccupante. D’après le constat fait sur place, plusieurs établissements scolaires servent de refuge aux populations déplacées à cause des affrontements.

A Kolofata par exemple, environ 7000 habitants ont trouvé refuge à l’école publique de la ville, paralysée depuis l’attaque de la résidence d’Ahmadou Ali, vice premier Ministre en charge des relations avec les assemblées et celle du Lamido et maire de la localité, le 28 juillet dernier. Sans eau ni nourriture, ces déplacés, en majorité des enfants sont à la merci des intempéries, apprend-on. La même situation est décrite à Mora, chef-lieu du Département du Mayo Sava où camerounais et nigérians fuyant les combats sont campés dans les écoles de la ville. Outre l’occupation des établissements scolaires par les refugiés, l’absence de sécurité dans plusieurs localités de cette région alimente les inquiétudes.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

S’exprimant au journal de 17 heures, sur le poste national de la Cameroon Radio Television (CRTV) ce mercredi, les délégués régionaux des Ministères de l’Education de base et des Enseignements secondaires pour la Région de l’Extrême Nord, ont semblé dédramatiser la situation. Ils promettent de prendre toutes les dispositions qui s’imposent afin que cette partie du Cameroun ne rate pas le train de la rentrée scolaire prévue le 08 septembre 2014.

Hier mardi, les affrontements ont encore fait rage entre l’armée camerounaise et les combattants de Boko Haram dans la localité de Fotokol. Le bilan de ces violents combats affiche 40 morts chez les assaillants. Côté camerounais, le caporal Bamogo a été touché par des éclats d’obus et rapidement évacué à Maroua où il reçoit des soins.

Wiliam Tchango

Populaires cette semaine

To Top