Economie

Réduction des dépenses de l’Etat au programme

télévision-Louis-Paul-MOTAZE-l'Etat

Le communiqué rendu public à l’issue du Conseil de cabinet du mois de janvier tenu jeudi.

Le Premier ministre, chef du gouvernement, Monsieur Philemon Yang, a présidé ce jeudi 29 janvier 2015 à partir de 9h dans l’immeuble principal abritant ses Services, un Conseil de cabinet consacré à l’optimisation de l’exécution du budget de l’Etat pour l’exercice 2015.

Y prenaient part le Vice-Premier ministre, le ministre d’Etat, ministre de la Justice, Garde des Sceaux, les ministres, les ministres délégués ainsi que les secrétaires d’Etat.

Exécution du budget de l’Etat pour l’exercice 2015.

Outre la communication du chef du gouvernement, trois présentations étaient inscrites à l’ordre du jour des travaux; à savoir:

1- l’exposé du ministre des Finances sur «les mesures prises ou envisagées pour optimiser l’exécution du budget de l’Etat au titre de l’exercice 2015, dans ses volets recettes et dépenses » ;

2- l’exposé du ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire sur «l’efficacité de l’exécution du Budget d’Investissement Public pour l’exercice 2015» ;

3- l’exposé du ministre délégué à la présidence de la République chargé des Marchés publics relatif à «la stratégie de passation des marchés publics au titre de l’exercice 2015 ».

Dans sa communication liminaire le Premier ministre a rappelé les spécificités du contexte de l’exécution du budget de l’Etat pour l’exercice 2015. Il est notamment revenu sur l’impératif de saine gestion et de maîtrise des dépenses prescrites par le chef de l’Etat lors du Conseil ministériel du 9 décembre 2014. Il a invité l’ensemble des ministres à s’investir dans le chantier de réduction du train de vie de l’Etat. Le chef du gouvernement a en outre indiqué que la mise en œuvre des investissements publics à partir de l’exercice 2015 constituait un vrai défi compte tenu des enjeux inhérents au niveau de consommation du budget d’investissement public stricto sensu, mais surtout des exigences de la tranche annuelle 2015 du Plan d’urgence triennal et du volet de construction des infrastructures des Coupes d’Afrique des Nations 2016 et 2019.

Le ministre des Finances a d’abord présenté au Conseil les mesures prises pour une exécution optimale, en recettes et en dépenses, du budget de l’Etat pour l’exercice 2015. Il a fait savoir que la chute des cours mondiaux du pétrole brut pourrait se traduire par une baisse des recettes pétrolières. Une stratégie de collecte des recettes non pétrolières sera mise en œuvre pour combler cette moins-value. Au niveau des dépenses, les directives du président de la République visant la réalisation d’économies budgétaires sur les dépenses non essentielles sont effectives.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Intervenant à la suite, le ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire a, quant à lui, fait savoir que les causes des performances mitigées de la consommation des ressources du budget d’investissement public avaient été identifiées. Il s’agit, entre autres, de l’insuffisante préparation des projets, la faible appropriation de la réforme budgétaire et les difficultés inhérentes à la mise en place d’un nouveau cadre de la commande publique. Aussi, son département a-t-il entrepris d’actualiser et de vulgariser le guide de maturation des projets, tout comme le journal des projets diffusé depuis le début de l’exercice, assorti d’une plaquette intitulée « comprendre pour mieux exécuter le BIP 2015 ». Le dispositif de suivi participatif de l’exécution du budget d’investissement public, impliquant les élus et la société civile, au plan communal, départemental, régional et national sera renforcé. En ce qui concerne les projets à financements conjoints, la conférence de décaissement des fonds de contrepartie permettra d’anticiper les lenteurs souvent enregistrées du fait de l’indisponibilité desdits fonds.

La parole est enfin revenue au ministre délégué à la présidence de la République chargé des Marchés publics dont la présentation a mis l’accent sur les mesures de facilitation de la commande publique. Elles se résument dans l’accompagnement des maîtres d’ouvrage et des autorités contractantes en vue de la maturité des projets, préalable à la passation des marchés et une bonne programmation de ceux-ci afin de pouvoir lancer les appels d’offres dès le mois de janvier. Le ministre délégué a par ailleurs présenté les mesures de facilitation exceptionnelles, à l’instar de celles permettant l’exécution de certains travaux en régie, le regroupement des projets ou le recours à la procédure de gré à gré. Pour terminer, il a rendu compte de l’état d’avancement de l’étude visant la création d’une centrale d’achat public.

Les échanges qui ont suivi ces exposés ont permis aux membres du gouvernement d’obtenir des éclairages complémentaires sur différents aspects de la procédure d’exécution budgétaire et de passation de la commande publique.

Avant de clôturer les travaux, le chef du gouvernement a prescrit un train de mesures pour accroître les recettes et maîtriser les dépenses publiques, en droite ligne des directives y relatives du Président de la République.

Le Conseil s’est achevé à 11h40 mn.

Yaoundé, le 29 janvier 2015

Le secrétaire général

des Services du Premier ministre,

(é) Louis Paul MOTAZE

Populaires cette semaine

To Top