Features

Réaction du Roi des Bangangté aux accusations portées contre sa personne

Seidou-Pokam-Roi-Bangangté

Le Roi des Bangangté réagit aux accusations portées contre sa personne. Après le processus de renouvellement des bureaux des organes de base qui a connu beaucoup de couacs à Bangangté, votre nom est revenu plus d’une fois. Qu’en dites-vous ?  


C’est vraiment une malheureuse situation. Malgré les échecs répétés d’une certaine élite de la localité, cette dernière continue de nourrir des illusions de pouvoir acheter les consciences des fils et filles du département du Ndé lors des consultations électorales. En tant que première autorité traditionnelle, et interface entre les populations locales et l’administration, je préviens à ces apprentis-sorciers que leurs idées machiavéliques ne prospéreront jamais à Bangangté. Mes populations accepteront toujours et volontiers leurs milliards mais choisiront la meilleure voie comme ils l’ont fait jusqu’à présent. Ces gens-là m’ont déjà vu à l’œuvre depuis que le président Paul Biya a ramené la démocratie au Cameroun. Ces gens-là ont fait circuler plusieurs rumeurs sur ma personne.
 
En quoi ont consisté ces rumeurs ?


Tantôt, je suis arrêté, tantôt ils feront retirer mon titre de chef de 1er degré, tantôt on me convoque régulièrement à Yaoundé pour m’entendre en longueur de journée, tantôt le Sultan des Bamoun a refusé de me recevoir, etc. Que ces gens-là et tous les autres Camerounais sachent que les Bangangté sont unis derrière le Président Biya sans intermédiaire.
 
Majesté, il se raconte dans le Ndé que la fille aînée de feu Tchoumba Dieudonné, premier directeur de l’hôtel des Députés, vous a bradé le troupeau de bœufs laissé par son père. Qu’en est-il exactement ?

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 


Merci pour la question. En effet, les bandits avaient tenté de voler ce troupeau et on a arrêté certains d’entre eux, qui ont démontré au niveau de la gendarmerie la complicité de certains responsables de la ville.  Devant cette situation, couplée avec les difficultés de relance du collège, la fille de Tchoumba est venue me voir et m’a prié de trouver quelqu’un pour acheter son troupeau. Alors j’ai fait appel au chef Bororo de Bangangté et lui ai demandé de trouver des clients pour le troupeau en question. Ainsi, il a fait venir les acheteurs de Douala, lesquels proposaient des prix très bas à savoir 3 millions au maximum pour 25 têtes de bétail (veaux et adultes compris).

La fille de Tchoumba ne voulant pas laisser sa marchandise à ce prix, m’a prié de prendre moi-même ces animaux à crédit. C’est ainsi que par compassion, j’ai acheté cash à 4 millions de francs les 25 bœufs.  Les gens qui sont donc en train de faire circuler des rumeurs tendancieuses autour de ce problème doivent savoir qu’à ce jour  sur les 25 têtes de bétail que j’ai achetées, dix sont morts des suites de maladie. Les personnes qui distillent cette fausse information constituent une poignée très minoritaire des ennemis du Ndé, des gens qui tentent vainement de diviser notre noble département et qui sont contre le progrès des ‘’Ndéens’’. Le cauchemar les pousse à vouloir coûte-que-coûte soumettre tout le Ndé (chefs supérieurs, élites et populations réunis.). Mais, avec la Grâce de Dieu et la protection de nos ancêtres, ils ne parviendront pas à réaliser leur plan diabolique.

Populaires cette semaine

To Top