Features

RDPC : Ibrahim Mbombo Njoya souhaite un rajeunissement du parti au pouvoir

discours-Ibrahim-Mbombo-Njoya-RDPC

Dans son discours prononcé le 20 février dernier à Bafoussam, Ibrahim Mbombo Njoya, le sultan roi des Bamoun, a clairement pris position pour un rajeunissement de la formation politique dirigée par Paul Biya.

« Le sultan a porté la voix d’une grande majorité des militants du RDPC qui se sentent étouffées et opprimés par une gérontocratie dépassée et totalement coupée des besoin et réalités de la jeunesse » ainsi s’exprime sous anonymat un président de section de l’Organisation des Jeunes du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (OJRDPC). De tous les discours prononcés lors du grand du rassemblement de Bafoussam le 20 février dernier, seul celui présenté par Mbombo Njoya est sorti du lot, avec le ton, un tantinet libre voire ambitieux.

D’entrée de jeux, le Sultan, envisage l’après Biya, la possibilité de l’existence d’un RDPC sans l’actuel président, en affirmant : « même dans le cas de la limitation des mandats, le président sortant se bat toujours pour que son parti après lui, conserve toujours le pouvoir ». Selon lui, le parti auquel il appartient doit mettre de l’ordre dans propres affaires en convoquant un congrès extraordinaire. Il souligne que ce serait le cadre idéal pour débattre des questions urgentes de l’heure « nous pourrions donc à l’issue de ces débats, permettre à notre président national de répondre valablement à l’appel lancé par les militants et sympathisants de notre parti. Les résolutions pertinentes qui sortiront de ces débats nous permettront de résoudre avec lucidité, un certain nombre de problèmes… ».

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

En bonne place sur la liste des problèmes évoqués figure le rajeunissement du parti. Mbombo Njoya précise à ce propos que : « ce congrès ordinaire devrait permettre à notre grand parti non seulement de faire son toilettage de jouvence que nous appelons de tous nos vœux ; mais aussi de s’arrimer aux nouvelles résolutions issues de notre congrès extraordinaire… ».

De manière à peine voilée le sultan expose un malaise, celui d’une formation politique aux méthodes anachroniques. Un parti fermé à la critique et à l’innovation. Une formation politique qui prône officiellement la prise en compte des aspirations de la jeunesse mais qui, dans la pratique considère les jeunes comme une menace. Combien sont-ils ces jeunes qui occupent des postes de responsabilité au sein du RDPC ?

Par Hakim ABDELKADER

Populaires cette semaine

To Top