Features

Rappel à l’ordre du délégué du gouvernement aux moto-taxis à Yaoundé

délégué-du-gouvernement-Yaoundé-Tsimi-Evouna-tribunal-agents

Dans un récent communiqué, le délégué du gouvernement réitère que leur circulation n’est tolérée qu’en périphérie et non au centre-ville. Des conducteurs de motos faufilant entre les véhicules en pleine Poste centrale, au Rond-point Nlongkak, au carrefour Emia, Bastos ou dans d’autres lieux du centre-ville.

Le délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Yaoundé (CUY) n’en veut plus. Gilbert Tsimi Evouna l’avait déjà fait savoir à plusieurs reprises. L’instruction semblait avoir été respectée par les « benskineurs », mais les mauvaises habitudes ont repris le déssus. Et c’est régulièrement que l’on croise des motocycles au centre-ville. A usage personnel ou de transport en commun, ils brisaient les frontières délimitées par la municipalité et tombaient parfois dans les filets des agents de la communauté urbaine.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Et pour qu’il n’y ait plus ce genre d’égarement, Gilbert Tsimi Evouna, a, à nouveau sifflé la fin de la récréation. Dans un communiqué paru dans CT du mercredi 27 janvier dernier, le délégué du gouvernement rappelle pour le déplorer, « l’envahissement du centre-ville par les montocycles au mépris d’une part, des dispositions pertinentes de l’arrêté n°005/Cuy/Dst/12 du 12 janvier 2012 et d’autre part, des termes de son communiqué n°071/Com/Cuy/Dst/14, du 30 mai 2014. » Dans le texte, le délégué du gouvernement réitère que la circulation des motocycles reste et demeure interdite au centre-ville de Yaoundé. Comme lors de ses dernières sorties sur la question, le magistrat municipal a pris la peine d’indiquer les sites où l’on ne devrait jamais repérer ces engins à deux roues. Notamment les zones centrales délimitées par les carrefours Mvog-Mbi, Coron, Olézoa, Tongolo, le Boulevard de la Réunification, le Rond-point Bastos…et bien d’autres lieux semblables. Dans l’arrondissement de Yaoundé Ier par exemple, la Route Emana-Messassi-Olembé leur est proscrite. Tout comme celle allant du marché Etoudi à l’Hôpital général entre autres. A Yaoundé IV, les motocycles sont interdits de circulation du carrefour Coron à la Base aérienne. Les rues Nkoldongo-Kondengui-Emombo ou Nkoldongo-Anguissa figurent aussi sur cette liste. Dans l’ensemble, tous les axes principaux des quartiers leur sont prohibés.

C’est en périphérie que la Communauté urbaine « tolère » la circulation des motocycles pour la desserte des zones enclavées. Tous ceux qui ne respecteront pas ces dispositions trouveront la Communauté urbaine sur leur chemin. Car il est écrit au bas du texte signé de Gilbert Tsimi Evouna que : « Les contrevenants à ces dispositions s’exposent à la saisie, suivie de la mise en fourrière de leur motocycle dont le montant est de 5000 F par jour de fourrière. » A bon entendeurs…

Elise ZIEMINE

Populaires cette semaine

To Top