Features

«quelques retards» pour le passage à la TNT selon Issa Tchiroma Bakary

présidentielle-2018-Issa-Tchiroma-Plan-d-urgence-Boko-Haram

Une bonne partie du matériel acquis par le Cameroun pour le passage à la télévision numérique terrestre (TNT), qui interviendra mercredi prochain sur toute la planète, est actuellement bloquée au port de Douala, la métropole économique du pays, a-t-on appris ce lundi de sources concordantes.

Principal point d’arrimage prévu pour ce basculement, même des équipements achetés par la radio-télévision publique (CRTV) auprès de l’opérateur chinois StarTimes sont, selon un haut cadre de la maison ayant acquis l’anonymat, soit éparpillés à travers le pays, soit en cours d’installation ou alors également bloqués au port dans l’attente d’exonérations douanières.

S’exprimant sur le sujet vendredi, à l’occasion d’un point de presse le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Issa Tchiroma Bakary, a effectivement reconnu que le Cameroun «a eu quelques retards».

A l’en croire, Douala mais aussi la métropole politique, Yaoundé, seront certes numérisés le 17 juin prochain : «Nous avons eu un problème d’enlèvement des équipements qui se trouvent au port et à la frontière. Ce défi, nous allons le relever. Au plus tard au début du mois de juillet, Yaoundé et Douala seront numérisés. Nous sommes en pourparlers avec notre partenaire et la CRTV pour la mise à disposition des décodeurs à des prix accessibles à tous.»

Le même Tchiroma, se souvient-on avait déjà, en octobre dernier, annoncé que son pays ne serait pas prêt à temps pour le basculement technologique, son pays ayant par ailleurs demandé un report du délai de cet arrimage auprès de l’Union africaine de radiodiffusion.

En octobre 2014 néanmoins, le gouvernement camerounais lançait en grandes pompes une campagne nationale de sensibilisation et d’information sur le passage du pays à la TNT.

Ladite campagne, qui devait mobiliser des experts placés sous l’égide de la Cameroon Digital Project (CAM-DTV), l’organisme public de pilotage et de mise en œuvre du processus de migration, allait se faire sous la forme de présentations et d’animations grand public avec toutes les cibles identifiées.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Il était alors question, selon Issa Tchiroma Bakary, «d’accompagner les populations, ainsi que toutes les parties prenantes, dans l’appropriation de cette transition dans l’optique de vaincre d’éventuelles résistances, et ainsi permettre à chaque acteur de tirer profit de cette innovation technologique majeure».

Les cibles visées par la campagne étaient les autorités administratives, religieuses et traditionnelles, les élus locaux, la société civile, les forces de l’ordre, les ONG et autres associations, les équipementiers, fournisseurs, éditeurs, télé distributeurs et revendeurs, les élèves et étudiants, les professionnels de l’environnement, les agents de la douane ainsi que les institutions de règlementation des normes et qualité.

Pour les autorités camerounaises, l’arrivée de la TNT favorisera notamment le développement du secteur de l’audiovisuel, l’optimisation de la taille du marché publicitaire, la gratuité des chaînes de télévision, une offre diversifiée de contenus, une amélioration des recettes des opérateurs, la libération des fréquences utilisées par les chaînes analogiques.

Les autres avantages mis en avant depuis des mois sont l’émergence de nouveaux services de radiocommunication fonctionnant sur les basses fréquences libérées, ainsi que l’émergence de services innovants à l’instar de la télévision mobile personnelle ou encore des services de médias audiovisuels, à la demande.

Selon des sources introduites, le retard du Cameroun dans le calendrier de basculement serait en réalité une conséquence de la guerre d’intérêts égoïstes que se livrent depuis des mois des responsables de CAM-DTV, placé sou le contrôle des services du Premier ministre et des cadres du ministère de la Communication.

APA

Populaires cette semaine

To Top