Features

Quatre « anciens lions » en disgrâce dans leurs clubs respectifs

Makoun, Kana Biyick et Assou, trois « anciens lions »  payés à ne rien faire ; Nguemo au chômage.

Makoun, une cave de luxe
S’il a réussi une saison pleine avec Rennes la saison dernière (30 matches), Jean II Makoun est tout de suite sorti des plans de l’entraineur Philippe Montanier qui lui a clairement indiqué qu’il ne comptait pas sur lui pour la présente saison. Le « sergent » s’est donc lancé à la recherche d’une « exit option », mais, à 31 ans, les candidats ne se sont pas bousculés au portillon. Il a fallu tenter des destinations exotiques comme celle de Dubaï (Al Wasl) où le joueur était attendu à la mi-septembre.

Jean II Makoun qui a pris sa retraite internationale à la suite de celle de son ami et mentor Samuel Eto’o, encaisse le coup avec philosophie. Interrogé par l’Equipe, il espère encore pouvoir retrouver les terrains, lui qui avait disputé la première journée de L1 face à Lyon avant de disparaitre des radars. « Avec le coach, on savait que ma situation était un peu indécise. On s’était mis d’accord et les rapports ont toujours été corrects. Maintenant, je suis là et j’espère que je pourrais avoir une petite chance, même si je suis conscient que les autres ont pris beaucoup d’avance sur moi. C’était un peu quitte ou double et c’est moi le perdant ».Encore sous contrat à Rennes jusqu’en 2015, Makoun coûte une petite fortune à son employeur qui le paie 130.000 euros brut par mois simplement pour s’entrainer.

Kana- Biyick est persona non grata
C’est en agressant verbalement un supporter rennais dépité en fin de saison que Jean Armel Kana Biyick (25 ans) a scellé son sort au sein du club breton. Il était déjà entendu qu’il quitterait Rennes avant même le début du présent exercice. Restait simplement à trouver preneur et c’est là que l’équation s’est compliquée, car, le fils de l’ancien international Camerounais André Kana Biyick a luimême renforcé sa réputation de « bad boy » en taillant en pièce le sélectionneur national camerounais qui n’a pas voulu l’emmener à la Coupe du Monde du Brésil.

Des clubs (Palerme, West Ham et le Betis Séville) sont venus aux nouvelles sans qu’un accord soit trouvé. Laissant kana Biyick ((21 matches de L1 l’an passé) à son sort dans une équipe rennaise dont il ne revêtira probablement plus jamais le maillot. Philippe Montanier, l’entraineur rennais, ayant été clair à son sujet : « Il n’entre plus dans mes plans. Mais, il est aujourd’hui joueur au Stade Rennais et il doit s’entrainer.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Lui et le club ont des droits et des devoirs », a récemment déclaré le technicien au journal l’Equipe. Payé 60.000 euros brut par mois, et sous contrat jusqu’à la fin de la présente saison, le Camerounais s’entraine pour garder la forme et saisir la première opportunité qui s’offrira à lui dès l’ouverture du « mercato »  d’hiver.

Assou Ekotto, le fantôme
de White Harte Lane 6 années de dur labeur à servir le club mythique du Nord de Londres, et voilà comment Assou Ekotto (30 ans), est récompensé. Un prêt la saison dernière en deuxième division à QPR et une place dans les travées de White Harte Lane où il regarde le jeune Rose se faire les muscles sur « son côté gauche ». Et pour ne rien arranger à son image, Assou Ekotto s’est négativement illustré lors de la dernière coupe du Monde avant d’encaisser une suspension de 3 matches (plus 36 millions de FCFA d’amende), suite à son soutien à Nicolas Anelka et sa fameuse quenelle. Sous contrat avec les Spurs jusqu’à la fin de la saison courante, Assou Ekotto, 31 ans, aura du mal à rebondir en Premier League où il a perdu une bonne partie de sa crédibilité.

Nguemo espère toujours Lens
Landry Nguemo a précipitamment quitté la tanière des Lions Indomptables juste avant le match contre la Côte d’Ivoire. Il était alors question pour lui de conclure un transfert avec Lens, club nouvellement promu en Ligue 1. Le deal ne s’est pas fait et l’international camerounais, arrivé en fin de contrat avec les Girondins de Bordeaux, se retrouve aujourd’hui sans club. « Je me retrouve dans une situation inédite, a récemment expliqué le Lion Indomptable dans les colonnes de L’Est Républicain.

Ce n’est pas simple à vivre mentalement, mais je ne me plains surtout pas. Je reste positif, je fais confiance au RC Lens et à Gervais Martel, (ndlr président Lensois) qui me dit qu’une solution va être trouvée. » Lors du Mercato d’été, l’ancien Nancéen s’est mis d’accord avec les Sang et Or. Landry Nguemo devait parapher un bail de trois ans, mais les Nordistes ont finalement été interdits de recrutement. « J’ai hâte de pouvoir reprendre la compétition et j’espère vraiment que ce sera avec Lens, où j’ai été merveilleusement bien accueilli. On sent qu’il y a une passion incroyable pour le club. Lorsque les entraînements sont ouverts au public, il y a un monde fou.

Après trois saisons à Bordeaux, c’est ici que j’ai envie de continuer ma carrière. Dans mon esprit, je suis déjà Lensois. » Selon nos informations, le Camerounais dispose aussi d’une touche en Chine.
Hiondi Nkam IV

© Le Jour : Hiondi Nkam IV

Populaires cette semaine

To Top