Features

Quand Ahidjo « fouettait » la Lékié

Ahmadou Ahidjo-Président-Cameroun-unité

Dans « Paul Biya et la Lékié D’amour et de raison », Gilbert Tsala Ekani exalte le style Biya et retrace la fidélité de ce département. Après Des Roses et des épines paru à l’Harmattan en 2011, le dernier ouvrage de 238 pages de Gilbert Tsala Ekani intitulé « « Paul Biya et la Lékié D’amour et de raison » s’appuie sur des témoignages inédits pour montrer comment Paul Biya s’en est pris pour modifier le climat politique dans ce département autrefois honni à cause du premier Premier ministre camerounais André Marie Mbida. Avec la rigueur professionnelle et la liberté de ton qui l’ont toujours caractérisé, l’enseignant de journalisme revisite l’histoire du Cameroun et singulièrement de ce département dont les fils étaient tous soupçonnés de « flirter avec le frère honni ».

« Cela a été un long cheminement qu’il a fallu raconter pour l’histoire », explique Henri Eyebe Ayissi, le préfacier et concepteur de ce livre. C’est le 2 juin 2012 que le patron du Consupe l’appelle au téléphone pour lui camper le sujet. Sans détour, l’auteur qui a tour à tour exercé à la radiodiffusion du Cameroun, au ministère de l’Agriculture, de la Fonction publique et dirigé la presse parlée du Rdpc ne s’est pas fait prier. « Si l’idée ne m’avait pas plu, je ne me serais pas gêné pour le dire au ministre ». La carte de la Lekié plaide pour l’auteur. Une superficie de 3110 Km2, une population de 445000 habitants, neuf départements et près de 20 groupes ethniques. Malheureusement, c’est un département si longtemps et injustement marginalisé et les Batchenga ont souffert d’une tare presque congénitale (…)

N’étaient-ils pas du département d’origine d’André Marie Mbida, véritable pestiféré dont le nom a longtemps été tabou ? La faute, non le péché capital de Mbida c’est d’avoir été Premier ministre avant Ahmadou Ahidjo « le Père de la nation ». L’auteur regrette que le nom de Mbida, « un patriote incompris ou méconnu » selon les termes de Biya ait été effacé de l’histoire ! « On l’a plongé dans les ténèbres et luimême est mort aveugle en 1981 ». La trame de fond de l’ouvrage, c’est que ses frères de la Lékié ont payé les frais sur le plan politique. « Les fils de la Lékié écartés sans raison claire de la gestion des affaires du pays. Sans doute, on en prenait bien quelques uns de temps en temps pour faire de la figuration mais on les tenait à l’oeil, ces frères de Mbida », écrit Gilbert Tsala Ekani.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Ce qui n’a pas altéré la volonté de fer des fils de la Lékié. Pour l’auteur, Ahidjo croyant les mater les a plutôt fortifiés. L’avènement du Renouveau est venu détendre l’atmosphère. Le portrait du président Biya dressé est celui d’un homme « plus souple », « plus humain », d’un « gentleman » qui a su s’appuyer sur de nombreux fils de la Lékié. « Rien à voir avec le style rude, presque martial d’un Ahidjo » (p. 33). Les multiples visites du président Biya dans la Lékié (1992, 2004) indiquent clairement selon le préfacier combien il est reconnaissant et n’hésite pas à récompenser les fils de la Lékié. Un livre pour dire merci alors ! Elles ont même contribué à éteindre l’opposition.

On peut s’étonner du militantisme du journaliste, se demander s’il est véritablement resté comme tel mais il dit avoir laissé parler les « faits-têtus » ou « sacrés. » L’absence d’une réserve faite au style Biya surprendra plus d’un. L’ouvrage est en quelque sorte une comparaison de deux périodes de notre histoire (Ahidjo et Biya). A travers des témoignages inédits, les fils de la Lékié convoqués disent ce que chacun a fait ou n’a pas fait pour la Lékié. Il ne s’agit pas d’un ouvrage classique fondé sur une étude et une méthode précises mais d’un bout à l’autre, le lecteur à travers de riches anecdotes apprend beaucoup sur l’histoire du Cameroun et de la Lékié en particulier. La Lékié est présentée comme le « soldat du Renouveau », tout est dit sur l’enfance et la carrière politique de Mbida qui s’est essayé dans plusieurs métiers. « On le retrouve à  Balessing comme enseignant. La petite histoire rapporte qu’au nombre de ses élèves, on compte un certain Jean Nkueté, actuel Sg du comité central du Rdpc et Paul Dontsop, ancien ministre ». Le portrait glorieux de Biya et l’amour fusionnel entre Biya et la Lékié ne sont pas en reste. Un livre en deux tomes à lire ayant en annexe plusieurs textes importants !

Jean-Philippe Nguemeta

Populaires cette semaine

To Top