Actu'Décalée

Psychose dans l’Extrême Nord : Des gendarmes ouvrent le feu sur des bergers à Guidiguis

Cameroun-Boko-Haram-l’Extrême Nord-otages

Ils revenaient de Garoua où ils venaient de vendre des bœufs. La situation sécuritaire qui sévit dans la région de l’Extrême Nord a radicalement changé les habitudes des hommes en tenue. A la moindre alerte, ils sont prêts à appuyer sur la gâchette. Un trafiquant de motos résidant à Yerdeng, dernier village camerounais avant la ville de Bongor, à la frontière du Cameroun avec le Tchad, l’a appris à ses dépens le 3 janvier 2015. Rendu la veille à Garoua en compagnie d’une vingtaine de compagnons, un certain Soura, était allé acheter une moto pour un homme d’affaires tchadien.

Sur le chemin de retour, il rencontre deux éleveurs venus à Garoua vendre leurs bœufs, le Nigeria étant désormais une destination peu souhaitable. Les deux éleveurs avaient été refoulés de l’agence Danay Express pour défaut de carte nationale d’identité, une aubaine pour le trafiquant pour se remplir les poches. Prix de la transaction : 10.000 Fcfa par personne. Le groupe va donc quitter Garoua en fin d’après-midi.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Arrivés à Guidiguis vers 2h du matin, Soura et ses deux amis vont se sacrifier au contrôle des pièces d’identification par les gendarmes, à l’exception de Soura et de ses deux passagers. Le jeune va contourner le poste d’identification. Mais c’était sans compter sur la vigilance des gendarmes qui vont les rattraper. Devant le refus du conducteur de s’arrêter, l’un des gendarmes ouvre le feu et blesse l’un des passagers. Ils seront rattrapés quelques minutes plus tard à Touloum.

Arrêtés avec plusieurs millions de Fcfa, les bergers et le jeune chauffeur sont aujourd’hui soupçonnés d’appartenir à Boko Haram. Ils ont été mis à la disposition de la justice pour enquêtes approfondies

Source : © L’Oeil du Sahel

Populaires cette semaine

To Top