Features

Processus électoral : Les handicapés revendiquent une inclusion totale

Processus-électoral-handicapés

Ils ont manifesté cet intérêt hier au cours des travaux du premier forum sur les droits de l’homme qui se tient à Yaoundé. Depuis lundi et ce jusqu’au 6 Août prochain,  le palais des Congrès de Yaoundé accueille le premier forum national sur les droits de l’homme.

Une perche ainsi tendue qu’a saisie la Fédération nationale des associations nationales des personnes handicapées du Cameroun pour dénoncer les différentes frustrations auxquelles ils font face. Il s’agit notamment du manque t’attention dont sont victimes ces personnes vulnérables. «  De plus en plus, on remarque qu’une attention est beaucoup plus donnée aux femmes uniquement, oubliant ainsi les autres catégories de minorités dont les personnes handicapées », s’insurge un handicapé. Pourtant depuis 2011, des efforts considérables sont effectués par ces minorités dans la sensibilisation. Ce qui a d’ailleurs permis d’obtenir en 2011 près de huit mille inscrits sur les listes électorales.  Deux ans plus tard, c’est-à-dire en 2013 durant le double scrutin des  législatives et municipales, les personnes handicapées ont franchi le cap de 34 mille inscrit soit une hausse considérable de 26 mille citoyens. Des statistiques qui annoncent des chiffres prometteurs pour l’échéance en cours.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Ces chiffres démontrent a priori une implication réelle des personnes handicapées dans le processus électoral. D’abord en tant qu’électeurs, d’où les efforts de sensibilisation mais davantage en tant que candidats. Selon le président de la fédération nationale des associations nationales des personnes handicapées, aucune mesure n’est prise pour les encourager dans ce sens. « La société civile qui est censé s’imprégner de nos problèmes, ne porte pas assez nos préoccupations. Jusqu’à l’heure actuel la personne handicapée est beaucoup plus vue sous prime d’un potentiel électeur et non celui d’un candidat », soutien Robert Oyono secrétaire général de la fédération nationale des associations des personnes handicapées.  Une préoccupation qui s’avère nécessaire quand, selon le secrétaire général « les personnes handicapées ne sont assimilées ni à un genre ni a une qualité » note-t-il.

Visiblement, les responsables de cette exclusion sont de loin d’être l’instance chargée d’organiser les élections au Cameroun car comme le note, un autre handicapé « Elecam a fait son maximum. Elle a financé dans une certaine mesure le processus d’inscription des personnes handicapées. De même que lors du double scrutin de 2013, elle a facilité l’accessibilité aux bureaux de votes et l’accès à la documentation » argumente un  handicapé moteur. Le problème est là et la préoccupation est de plus en plus présente. C’est ainsi que le secrétaire général de la fédération tire une sonnette d’alarme aux membres de la société civile afin que la loi électorale soit révisée afin que des mesures soient prises pour la participation des personnes handicapées en tant que candidats.

Viviane Bahoken

Populaires cette semaine

To Top