Features

Le prisonnier politique Marafa H.Yaya hospitalisé

Marafa-Hamidou-Yaya-MINATD-Attentats

L’ancien ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, reconnu comme prisonnier politique par la communauté internationale, n’a pas comparu ce mardi 5 avril à la Cour suprême où il était attendu. D’après son conseil, il est interné à l’hôpital général de Yaoundé où il suit une série d’examens médicaux. La cause a été reportée au 3 mai prochain.

Nouveau report du procès de Marafa Hamidou Yaya. L’audience prévue ce mardi 5 avril 2015 à la Cour suprême à Yaoundé a été reportée au 3 mai prochain. D’après les avocats de l’ex-ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, leur client est hospitalisé à l’hôpital général de Yaoundé où il a été soumis à une série d’examens médicaux. A l’ouverture de ce procès le 22 mars dernier, c’est l’absence de son co-accusé, l’ancien directeur général de la défunte Cameroon Airlines, Yves Michel Fotso, qui a été à l’origine du report. Ce dernier était également absent à l’audience de ce 5 avril.

Accusés du détournement de 29 millions de dollars (environ 24 milliards de F CFA) destinés à l’achat d’un avion présidentiel en 2001, l’ancien secrétaire général à la présidence, Marafa Hamidou Yaya et l’homme d’affaires Yves Michel Fotso ont écopé chacun de 25 ans de prison le 22 septembre 2012 devant le Tribunal de grande instance de Yaoundé. Julienne Nkounda, cadre de banque, a quant à elle été condamnée à 15 ans de prison ferme. 3 autres accusés dans cette affaire sont en fuite.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Ambitions présidentielles

Ces trois dernières années, les rapports du département d’Etat américain sur l’état des droits de l’homme au Cameroun ont fait de Marafa Hamidou Yaya un prisonnier politique. Pour de nombreux associations et ONG de défense des droits de l’homme, le seul tort de cet ex-proche collaborateur de Paul Biya est d’avoir, au cours d’un échange avec l’ambassadeur des Usa au Cameroun, envisagé de lui succéder à la tête de l’Etat du Cameroun comme l’ont révélé les câbles de Wikileaks en 2007.

Depuis le 10 février dernier, une campagne internationale baptisée « Libérez Marafa, maintenant » est lancée en vue de sensibiliser l’opinion internationale sur sa situation carcérale et d’en appeler à sa libération. Son co-accusé, Yves Michel Fotso est lui aussi reconnu comme prisonnier politique par l’ONG française Comité de libération des prisonniers politiques au Cameroun depuis février dernier.

© Source : Hurinews.com

Populaires cette semaine

To Top