Features

Prise d`otages par les bandes armées centrafricaines, la police démantèle un réseau de complices

le-maire_otages_lagdo_centrafricaines

La police camerounaise a démantelé un réseau de complices Rechercher complices internes, qui facilitent les prises d’otages au Cameroun, par les bandes armées centrafricaines. Depuis quelques semaines, plusieurs personnes sont aux arrêts dans les locaux de la police judiciaire de Garoua, – Nord du pays, une source sécuritaire de premier plan.

Raison évoquée, «les personnes interpellées, sont suspectées d’avoir aidé les bandes armées qui opèrent de manière récurrente sur notre sol, et dont les agissements aboutissent par les enlèvements de nos compatriotes », indique en guise de justification de ces arrestations, la source sécuritaire, jointe au téléphone.

Avant d’ajouter, « nous ne pouvons vous donner notre mode opératoire, pour des raisons évidentes. Mais, les enlèvements semblent avoir été montés depuis Garoua Rechercher Garoua au Cameroun».
D’autres personnes installées dans la localité de Garoua, pensent que, le démantèlement dudit réseau, a été possible grâce au renseignement utilisé par les services de sécurité.

Ces complices Rechercher complices des bandes armées centrafricaines, ont été interpellés dans les localités du nord et de l’Extrême-Nord du pays. Au total, ce sont près d’une dizaine de camerounais, de tous les bords qui sont impliqués dans ce réseau, dont le démantèlement est salué par les populations. Il s’agit notamment d’homme politique-du parti au pouvoir-, d’enseignant, et de commerçants.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Toujours selon la police, les suspects interpellés, seraient à l’origine de la demande de libération de quelques leaders politiques arrêtés récemment,-réputés proches de Marafa Hamidou Yaya, l’ancien homme fort du régime- et de l’exigence d’une rançon de 5 millions FCFA, en échange de certains otages. Les présumés complices, sont soupçonnés de travailler pour la libération d’Aboubakar Siddiki président du Mouvement patriotique pour le salut du Cameroun (Mpsc), arrêté à Douala.

En 3 mois, les bandes armées centrafricaines ont enlevé près d’une centaine de personnes en terre camerounaise. Et, qui n’ont toujours pas été libérées.

L’enlèvement le plus retentissant a été celui de 16 personnes, parmi lesquelles figurait le maire de Lagdo. A titre de rappel, dans la nuit du 19 au 20 mars 2015. Les personnes qui rentraient d’un deuil, avaient été enlevées sur l’axe Garoua Rechercher Garoua Boulaï-Meïganga.

La police dit être sans nouvelle de ces personnes.

Armand Ougock

Populaires cette semaine

To Top