Features

Presse écrite: Le distributeur de journaux Messapresse enregistre 75% d’invendus au cours du premier semestre 2016

journaux_cameroun_messapresse

C’est la première fois que le distributeur officiel de journaux Messapresse enregistre au cours d’un semestre un  aussi grand déficit dans les ventes. En effet, au courant du premier semestre écoulé de cette année, le distributeur a annoncé des méventes comprises entre 70 et 75%, indique le quotidien Mutations en kiosque jeudi 2 juin 2016.

Le 24 mai dernier, le nouveau Directeur Général de Messapresse a organisé une rencontre avec certains responsables de la presse. Rencontre au cours de laquelle il présente les statistiques associées à la vente des journaux. Une réunion qui semble tomber à point nommé parce que, «les retours des invendus ont toujours constitué notre point d’achoppement avec les responsables presse de Messapresse», déclare un responsable de production de cette entreprise.

Si Haman Mana, Président de la Fédération des éditeurs de presse (Fedipresse), par ailleurs directeur de publication du quotidien Le Jour affirme n’avoir pas été convié à cette réunion,  François Mboke de l’hebdomadaire Diapason affirme, pour sa part, avoir été mis au courant. Et c’est à dessin qu’il s’appesantit sur les griefs du secteur de la distribution en évoquant les insuffisances logistiques du distributeur exclusif.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

«Messapresse ne dispose plus de véhicules qui, a une époque, lui permettait  d’assurer la distribution a temps et en heure des journaux. Ils s’en remettent maintenant aux transporteurs privés et privilégient de ce fait quelques journaux, dont le quotidien national et quelques quotidiens privés», affirme-t-il.

Par ailleurs, d’autres plaintes émanent des responsables des kiosques qui feraient partie du réseau de Messapresse à 30% seulement, indique le journal. À côté de cela, le problème des journaux vendus à la criée a été évoqué. Des faits qui viennent se greffer à la situation déjà précaire dans la distribution. Compte tenu des nombreuses préoccupations évoquées au cours de cette réunion, il est préjudiciable que d’autres rencontres soient organisées. Ceci parce qu’il «est temps de se pencher sur les problèmes de la distribution de la presse au Cameroun», exhorte Thierry Ndong Owona, directeur de publication de l’hebdomadaireIntégration.

Lore E. Souhe

Populaires cette semaine

To Top