Features

Port en eau profonde de Kribi: les premiers bateaux pour Juin 2014

kribi-port-grève-ouvriers-eau-profonde
Les premiers bateaux vont-ils vraiment accoster au port en eau profonde de Kribi comme prévu en juin 2014 ? La question a été posée à Louis Paul Motaze dans la nuit du jeudi 30 janvier 2014 à Yaoundé, au sortir de la 14e session du comité de pilotage et de suivi de la réalisation du complexe industrialo-portuaire de Kribi. Le président dudit comité a réaffirmé à la presse que le calendrier sera bel et bien respecté, et que les premiers bateaux accosteront en juin 2014. « Il n’y a pas de craintes à avoir. Le rendez-vous c’est juin. Nous l’avons donné et nous le maintenons », a affirmé Louis Paul Motaze, qui reconnait cependant que l’on aura un « petit retard » pour ce qui est de la mise en service du terminal à conteneurs.Le Premier ministre, Philémon Yang a en effet déclaré infructueux le lot n°2.1 l’appel d’offres international pour le financement, la construction et l’exploitation du port en eau profonde de Kribi. Le lot en question concerne le financement, la construction et l’exploitation du terminal à conteneurs. Au-delà des polémiques (le marché aurait été refusé à Bolloré Africa logistics sous la pression de certains pontes du régime qui veulent plutôt Necotrans), les Camerounais s’étaient inquiétés de cette décision gouvernementale. Et Louis Paul Motaze vient ainsi mettre fin à leur inquiétude.

81% de travaux réalisés

Le président du comité de pilotage de la réalisation du complexe industrialo-portuaire de Kribi s’appuie sur l’état d’avancement des travaux effectués par la China harbour engeneering company (Chec). Au 22 janvier 2014, on parle de la digue de protection qui est réalisée à 85% ; la construction du terminal à conteneurs et du terminal polyvalent qui est faite à 86% ; des digues d’enclosure nord et sud réalisées respectivement à 79 et 68% ; du dragage du chenal d’accès, du cercle d’évitage et de la souille des caissons à 95,5%. Sans oublier les remblais et le compactage dynamique de la zone de terre-pleins (87,67%). « De manière globale, les travaux de construction de la première phase du port général au 22 janvier 2014 sont estimés à 81,07% », peut-on lire dans un mémo distribué à la presse.

Par ailleurs, les équipements de manutention pour l’exploitation du port sont prêts à être débarqués dans les prochains jours à Mboro, ce qui va permettre la réalisation des essais sur le site dès ce mois. Parallèlement, apprend-on, le schéma directeur de sûreté maritime et portuaire, ainsi que la mise en place d’un système d’assainissement et de gestion des déchets du site sont en cours d’élaboration. Tout comme la mise en service de la première phase du port. Entre temps, le Cameroun s’est déjà engagé dans les études préparatoires de la phase 2 du port. Sont également en cours de nombreuses études pour développer l’industrie dans la zone, et les infrastructures (notamment routières) dont la réhabilitation a déjà commencé devraient être livrées en mai de cette année.

Recasement en cours

Le comité de pilotage donne également quelques renseignements au sujet de la situation des communautés directement touchées par la construction du port. Aussi, apprend-on, la mise en œuvre du statut juridique des zones d’activités est en marche. Le paiement des indemnités aux populations affectées continue. Les zones de recasement de ces populations ont été identifiées. Le Français Razel construit la zone sud, tandis les zones sud-ouest et nord sont en cours d’attribution. Enfin, le programme d’accompagnement psychosociaux-économiques a été déjà été mis en œuvre.

Démarrée en décembre 2010, la construction du complexe industrialo-portuaire de Kribi prévoit, à l’horizon 2040, le développement d’une infrastructure portuaire comprenant 20 terminaux sur 6,5 kilomètres de linéaire de quai capable de traiter 100 millions de tonnes de marchandises par an. Mboro va accueillir le port avec, en plus des ouvrages généraux, un terminal à conteneurs et un terminal polyvalent. L’on prévoit à partir de 2015 d’autres terminaux pour l’aluminium, les hydrocarbures, le gaz naturel liquéfié. La localité de Lolabé va quant à elle héberger un appontement pour l’exploitation du terminal fer, capable d’accueillir des navires de 250 000 tonnes et de 22 mètres de tirant d’eau. Il est prévu pour faire transiter 35 millions de tonnes par an.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Alain NOAH AWANA

Louis Paul Motaze: «Le terminal à conteneurs aura un petit retard»

Le président du comité de pilotage relativise les conséquences de la décision du Premier ministre qui a déclaré infructueux l’appel d’offres du lot n°2.1.

A l’heure où nous sommes, est-ce que toutes les questions sont en train d’être réglées pour que juin 2014 consacre effectivement l’arrivée du premier navire au port de Kribi ?

Je veux remercier ici le comité de pilotage qui s’est effectivement réuni ce jour pour régler toutes les questions. Ce que je pourrais vous dire, c’est qu’il n’y a pas de craintes à avoir. Le rendez-vous c’est juin. Nous l’avons donné et nous le maintenons.

Y a-t-il des points qui vous causent du souci aujourd’hui ?

Non, il n’y a pas de souci particulier. Au contraire, nous avons de très bonnes nouvelles. J’ai le plaisir de vous annoncer que depuis hier [mercredi 29 janvier 2014, ndlr], est entré dans les eaux territoriales camerounaises un navire qui convoie des équipements lourds notamment les portiques, les grues et tout ce dont on a besoin pour rendre le port fonctionnel parce que les quais ont déjà été construits. Donc le bateau va accoster, c’est déjà une grande nouvelle car ça veut dire que le port de Kribi peut déjà recevoir les navires. Mais en plus, ce navire convoie les équipements de manutention dont on a besoin. Pour nous, c’est une nouvelle réconfortante et nous travaillons pour que le rendez-vous de juin que nous avons fixé soit tenu. Je peux même vous dire que dans les travaux que nous avons menés aujourd’hui, nous sommes déjà au-delà de juin. Nous essayons déjà de voir ce qu’il faut faire après juin parce que la vie ne s’arrête pas en juin. Il faut déjà commencer à réfléchir sur les autres phases.

Le Premier ministre a déclaré infructueux l’appel d’offres pour le terminal à conteneurs. Quel impact cela pourrait avoir sur le projet ?

L’impact ce sera peut-être un petit retard pour ce qui est du terminal à conteneurs. Mais, ce n’est qu’un terminal. Comme vous savez, il y a beaucoup de terminaux. Nous avons déjà lancé un appel d’offres pour le multipurpose, c’est-à-dire le terminal conventionnel. Mais, il y a d’autres terminaux qui vont être construits en mode B.O.T [build, operate ans transfer, Ndlr] notamment le terminal à hydrocarbures.

Pour cet appel d’offres déclaré infructueux, que va-t-il se passer maintenant ?

Nous allons le reprendre. Un appel d’offre peut être infructueux, ça arrive tout le temps soit parce que les caractéristiques techniques ne sont pas bonnes, soit parce que le prix n’est pas bon ; soit encore parce que ce que le partenaire nous demande est supérieur à ce que nous avons prévu, etc. Les raisons peuvent être nombreuses, nous ne voulons pas nous appesantir là-dessus parce que c’est un épiphénomène c’est-à-dire quelque chose de pas très important.

Pour ce qui est des recasements et des indemnisations, où en est-on ?

C’est un point important qui a fait l’objet de beaucoup de discussions. Voyez-vous, nous avons commencé à indemniser les populations qui vont être déguerpies. Le point qui nous a été fait laisse comprendre que les indemnisations ont déjà couvert à 48%, soit presque la moitié. Mais, il se fait qu’à cause des problèmes de tensions de trésorerie, nous n’avons pas terminé à temps la construction des zones de recasement. C’est pour cela que des instructions ont été données à l’unité opérationnelle pour que cela soit de la plus grande priorité. Parce que ce que nous ne voulons pas, c’est que les populations aient de l’argent, mais qu’elles n’aient pas où aller se recaser. Le comité de pilotage a donné des instructions suffisamment claires sur ce point à l’unité opérationnelle.

Propos recueillis par Alain NOH AWANA

Populaires cette semaine

To Top