Economie

Port de Kribi : Paul Biya choisit Bolloré et Necotrans

Port-kribi-150-milliards-Marchés publics

Le consortium composé des deux entreprises françaises vient d’être retenu pour la gestion du terminal à conteneurs au détriment du danois Apm et du Philipin ICTSI.

Il aura donc fallu attendre sept ans pour trouver une fin au feuilleton de l’attribution du Terminal à conteneurs du Port en eaux profondes de Kribi. Selon des informations obtenues auprès de sources bien introduites, la décision de la Présidence de la République, attendue depuis la «récupération» du dossier (pour étude) en mai dernier a été rendue. C’est l’offre du consortium Bolloré/CMA CGM/CHEC qui a été retenue, dans le cadre de l’appel d’offres émis en 2008, et portant sur «le financement, la construction et l’exploitation du port en eau profonde de Kribi».

Au détriment du danois APM Terminals et du philippin International Container Terminal Services (ICTSI). De sources proches du dossier, avec une offre financière définitive de 623,4 millions d’euros (environ 409 milliards Fcfa), le groupement conduit par Bolloré Africa Logistics, qui s’est associé à CMA CGM, le 3ème armateur mondial, et à la société chinoise CHEC, qui a construit le port en eau profonde de Kribi ; devance largement ses concurrents. Le candidat ICTSI, classée 2ème par la commission spéciale, a quant à lui fait une offre financière définitive de 467,3 millions d’euros, soit un peu plus de 306 milliards Fcfa. L’on remarque que l’offre finale d’ICTSI est d’un peu plus de 100 milliards Fcfa inférieure à celle du groupement conduit par Bolloré, mais qu’elle a également sérieusement progressé (70%) après le dialogue de pré-qualification. En effet, avant cette étape qui a permis à ce postulant de se classer finalement au 2ème rang derrière le groupement conduit par Bolloré, ICTSI avait fait une offre initiale de 284 millions d’euros, soit à peine 186 milliards Fcfa, et se classait 3ème à l’ouverture des plis.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Au détriment du danois APM Terminals et du philippin International Container Terminal Services (ICTSI). De sources proches du dossier, avec une offre financière définitive de 623,4 millions d’euros (environ 409 milliards Fcfa), le groupement conduit par Bolloré Africa Logistics, qui s’est associé à CMA CGM, le 3ème armateur mondial, et à la société chinoise CHEC, qui a construit le port en eau profonde de Kribi ; devance largement ses concurrents. Le candidat ICTSI, classée 2ème par la commission spéciale, a quant à lui fait une offre financière définitive de 467,3 millions d’euros, soit un peu plus de 306 milliards Fcfa. L’on remarque que l’offre finale d’ICTSI est d’un peu plus de 100 milliards Fcfa inférieure à celle du groupement conduit par Bolloré, mais qu’elle a également sérieusement progressé (70%) après le dialogue de pré-qualification. En effet, avant cette étape qui a permis à ce postulant de se classer finalement au 2ème rang derrière le groupement conduit par Bolloré, ICTSI avait fait une offre initiale de 284 millions d’euros, soit à peine 186 milliards Fcfa, et se classait 3ème à l’ouverture des plis.

Selon nos sources, «le consortium s’est montré plus ambitieux sur certains points comme les droits d’entrée, la redevance fixe et variable de concession, et en termes de garanties pour mettre le Port de Kribi à la hauteur des ambitions du Cameroun», apprend-on.

Ping-Pong

La décision de la présidence de la République siffle donc la fin du match de ping-pong auquel s’étaient livrés les différents protagonistes. De l’avis de nos sources, le contrat que devrait parapher le consortium français devrait également impliquer l’extension du terminal, d’où la présence au sein du consortium de l’entreprise chinoise CHEC qui a réalisé la première phase de la construction du port. Au regard de la célérité avec laquelle le dossier a été géré, il est fort probable que les choses débutent avant l’année prochaine. A en croire d’autres sources encore, le consortium franco-chinois pourrait débuter le travail au cours du troisième trimestre 2015. Autre annonce forte devant être officialisée par les services du Premier ministre, l’exploitation et la maintenance du terminal polyvalent, placé sous la charge du consortium constitué du français Necotrans et des camerounais regroupés au sein de Kribi Port Multi Operators (KPMO), un groupement de transitaires et d’aconiers du Port de Douala.

Populaires cette semaine

To Top