Features

Polémique sur le nombre de Camerounais morts à mina

camerounais-Hadj2015-Arabie-Saoudite-Mina

43 morts et 10 disparus dans la délégation partie de la région. Le drame survenu le 24 septembre dernier à Mina, continue à faire des gorges chaudes dans la région de l’Adamaoua. Le retour des pèlerins survivants a établi une ambiance à la fois triste et chaleureuse.

Difficile d’avoir les chiffres exactes du fait de l’implication du gouvernement dans la gestion de cette grise. «Je ne peux rien vous dire allant dans le sens contraire de ce que le ministre de la Communication a dit, qu’il y a eu 76 Camerounais qui ont péri suite à cet incident », indique fermement Ahmadou Modibbo, porte-parole des convoyeurs de pèlerins camerounais. En effet, les chiffres avancés par Issa Tchiroma Bakary, le ministre de la Communication, ne font pas l’unanimité au sein des populations de la région de l’Adamaoua.

Sur les 4 500 pèlerins camerounais qui ont fait le déplacement pour la Mecque, le Grand-Nord, à lui seul, comptait 3 143 dont 1 267 ressortissants de l’Adamaoua, 1 158 du Nord et 718 de l’Extrême-Nord. Selon certaines informations parvenues à notre rédaction, on parle de 43 morts et 10 personnes portées disparues seulement pour la région de l’Adamaoua. «Je ne sais pas pourquoi on veut masquer les chiffres sur un incident qui n’a aucun rapport avec les affaires politiques. Je reste persuadé que plus de 200 Camerounais sont morts à Mina», avance un membre d’une famille endeuillée. D’autres chiffres sont avancés dans les départements de l’Adamaoua, après notre enquête. On parle ainsi de huit morts et cinq portés disparus dans le Faro et Déo, 20 morts et un porté disparu dans la Mayo-Banyo et 13 morts et quatre portés disparus sur les 19 pèlerins partis du département du Mbéré. Le département de la Vina a, quant à lui perdu deux pèlerins.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Toutefois, beaucoup pensent qu’il faut considérer les portés disparus comme décédés. Il faut signaler que seul le département du Djérem n’a perdu aucun pèlerin.

CAMEROUN ACCUSÉ ?

Si l’on s’en tient à certaines déclarations des pèlerins survivants qui ont regagné le terroir, la commission nationale du Hadj au Cameroun pourra se justifier auprès des autorités saoudiennes. «S’il est vrai que la canicule et la masse populaire y sont pour quelque chose, j’accuse aussi notre commission du Hadj. Cette commission n’a pas encadré les gens comme il le fallait. L’heure à laquelle l’incident a eu lieu, n’était pas l’heure de passage des pèlerins camerounais Ca mer. be, mais certains encadreurs ont conduit leurs délégations pour la lapidation de la Djamarad. Vous comprenez que, si la communication était passée, le Cameroun n’allait pas perdre autant de personnes. La preuve, les pèlerins camerounais qui ont respecté le temps en restant dans leurs tentes n’ont rien eu», témoigne un survivant de l’incident de Mina.

De toutes les manières, la journée de deuil national décrétée par le chef de l’Etat vendredi dernier, a été respectée sur toute l’étendue de la région. Les drapeaux étaient en berne dans toutes les administrations et les chefferies traditionnelles. Dans les mosquées, les fidèles musulmans ont procédé à une prière spéciale afin de rendre hommage aux pèlerins camerounais morts le 24 septembre dernier à Mina.

Populaires cette semaine

To Top