Features

Plus de 250 millions de Fcfa distraits à la Fécafoot

Fécafoot-la-quote-part-des-clubs-Tombi-A-ROKO-Fifa-Qatar

Un rapport d’audit confidentiel du cabinet Bekolo, réalisé en mars 2013 met en cause une cinquantaine de responsables de la Fécafoot.

C’est une mise en demeure frappée du sceau confidentiel de Joseph Owona, le président du Comité de normalisation (Cn) adressée à Abdouraman Hamadou, ancien agent de la Fécafoot et actuel président de l’Etoile filante de Garoua, qui semble être en train d’ouvrir la boite de Pandore. Le 5 août 2014 en effet, le président du CN saisit Abdouraman Hamadou d’une correspondance dont l’objet est une mise en demeure. 

Joseph Owona lui rappelle que du temps où il faisait partie du personnel de la Fédération, il a reçu la somme de 9.695.228 francs (Neuf millions six cent quatre-vingt-quinze mille deux cent vingt-huit Fcfa) pour exécuter des missions. Sauf que, constate le président du Cn, à la clôture des comptes de l’exercice 2011, Abdouraman Hamadou n’aurait produit des justificatifs que pour la somme de 3.120.824 Fcfa (Trois millions cent vingt mille huit cent vingt-quatre Fcfa). Ce qui signifie qu’il lui reste à justifier la somme de 6.570.179 Fcfa (Six millions cinq cent soixante-dix mille cent soixante-dix-neuf Fcfa). 

Bekolo And Partners 

Et Joseph Owona de mettre le mis en cause en demeure d’apporter lesdits justificatifs avant le 13 août 2014, sans quoi le Cn se réserve le droit d’engager toutes les procédures prévues par la réglementation en vigueur et d’appliquer à son encontre les dispositions pertinentes des textes qui régissent la Fécafoot. 

Le lendemain, 6 août 2014, Abdouraman Hamadou répond à la mise en demeure du président Owona. Dans sa lettre, l’ancien directeur de cabinet de lya Mohammed soutient avoir déjà apporté lesdits justificatifs lorsque le secrétaire général de la Fécafoot les lui avait demandés en octobre 2012, soit 15 mois après sa démission. Il jure ne rien devoir à la Fédération et rappelle à Joseph Owona toute sa disponibilité à répondre à toute sollicitation ou plainte partout où besoin sera. 

Joseph Owona s’est en fait appuyé sur un rapport d’audit des comptes 2010, 2011 et 2012 de la Fécafoot réalisé par le cabinet Bekolo And Partners. Rapport d’audit dont Le Jour a pu se procurer une copie auprès de la Fédération. Il avait été commandé par lya Mohammed dans le but «d’assainir les comptes de la Fécafoot». 

Le rapport Bekolo a établi de nombreuses irrégularités dans la gestion de la fédération. Il parle pêle-mêle de la non fiabilité du fichier des immobilisations, des comptes en attente de régularisation non analysés, des suspens de la caisse siège non justifiés, etc. Plus grave, de nombreux membres de l’assemblée générale, des commissions, du comité exécutif et des personnes physiques ont perçu d’énormes sommes d’argent à la Fécafoot sans jamais produire des justificatifs (voir tableaux ci-contre). 

Autres irrégularités, des systèmes de double paiement des prestations à des entreprises appartenant parfois à des membres de la Fécafoot ou à leurs proches. L’exemple qui revient est celui de la société Nomadis, une agence de voyage appartenant à l’épouse d’Aboubakar Alim Konaté, le président de la ligue régionale de football du Nord. 

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Plus de 250 millions à justifier 

On observe également un flou dans la gestion de l’argent issu des sponsorings de Mtn, Orange, Sabc, Puma, ainsi que sur les recettes des championnats et des matchs internationaux du Cameroun. Il en est de même des recettes issues Ou transfert des joueurs, des recettes des amendes et autres affiliations. Le rapport évoque aussi des sommes dues à des joueurs de l’équipe nationale de football et pour lesquels des chèques ont été émis sans que jamais l’argent soit touché. Une trentaine de Lions Indomptables sont concernés… 

«Sur un montant total de F CFA 229 269 991 non justifié par divers membres et ex employés de la Fécafoot dans le cadre de son fonctionnement, des lettres de relance ont été transmises à ces derniers afin de justifier les montants mis à leur disposition. En l’absence des pièces justificatives ou de toutes autres explications aux lettres de relance, des lettres de demande remboursements leur ont été renvoyées en vue d’obtenir le remboursement desdites sommes.» En vain. 

Joseph Owona s’acharnerait-il sur un ou deux membres de la Fécafoot en fermant les yeux sur une cinquantaine d’autres cas, notamment ceux de certains de ses plus proches collaborateurs actuels au Comité de normalisation ? «Non ! répond-il. Si vous parlez de Michel Kaham, eh bien sachez qu’il a justifié l’utilisation de ses fonds. M. Abdouraman devrait connaitre la procédure. Ce n’est pas auprès du Sg que vous déposez les justificatifs. C’est auprès du comptable ou de celui qui vous a fait la mise à disposition. Et contre décharge. Moi-même, quand je ramène de l’argent, on me fait une décharge. C’est comme ça que ça se passe.» Le président du Comité de normalisation ajoute qu’il y a au moins 250 millions de Fcfa à récupérer. 

Il y a à parier que le rapport d’audit du cabinet Bekolo and Partners qui dormait tranquillement dans les tiroirs de la Fécafoot depuis 2013 et qui en sort opportunément en cette veille des élections, va éclabousser plus d’une personne. Ce d’autant que l’article 36 des statuts de la Fécafoot, sur les conditions d’éligibilité au comité exécutif dispose que tout candidat ne doit pas «être débiteur de sommes d’argent ou de valeurs à l’égard de la Fécafoot ou d’une association affiliée à la Fécafoot ou agréée par elle».

© Jean-Bruno Tagne | Le Jour

Populaires cette semaine

To Top