Features

Plus de 130 migrants Africains morts dans un naufrage en Italie

Au large des côtes de l’île de Lampedusa en Italie, 130 migrants se sont noyés jeudi après le naufrage d’un bateau qui transportait 500 personnes. 40 corps ont été trouvés à la suite de recherches dans l’épave de l’embarcation jeudi soir, d’après les garde-côtes, et on comptait vendredi 200 disparus. Les recherches ont repris vendredi matin, mais la police douanière n’a « plus d’espoir de retrouver des survivants », ce qui amènerait le nombre de morts à 300, et ferait de cette tragédie de l’immigration la pire de ces dernières années.

Un communiqué du gouvernement italien annonce que « le Président du conseil Enrico Letta a convoqué un conseil des ministres » pour « la proclamation du deuil national pour la tragédie de Lampedusa ».

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Les survivants ont été secourus par les sauveteurs des garde-côtes mais aussi par des bateaux de pêcheurs. La Maire de Lampedusa, Giusi Nicolini, a expliqué que les migrants ont allumé un feu sur leur bateau pour attirer l’attention des garde-côtes. A bord, la panique s’est installée et le bateau s’est retourné. Elle a également fait parvenir un télégramme à Enrico Letta, lui demandant de « venir compter les morts avec elle ». « Il faut que les caméras de télévision viennent ici, montrent les cadavres, sinon c’est comme si ces tragédies n’existaient pas », a-t-elle déclaré, reprochant à l’Europe de détourner les yeux.

Suite à un manque de place dans la morgue de l’île, les corps des victimes ont été disposés dans un hangar à l’aéroport. Parmi elles se trouvaient deux enfants et trois femmes enceintes. La majorité des naufragés est originaire de Somalie et d’Erythrée, et sont partis des côtes libyennes, d’après les enquêteurs.

Depuis le début de l’année 2013, ce sont plus de 200 000 migrants qui ont débarqué sur les côtes sud de l’Italie, soit presque trois fois plus que sur l’ensemble de 2012. Lundi, 13 immigrés s’étaient noyés en tentant de rejoindre l’île de Raguse au sud-est de la Sicile. Pour la plupart Erythréens, ils faisaient parti d’une embarcation de 200 migrants et réfugiés.

Populaires cette semaine

To Top