Features

Plus de 12 000 Camerounais fuient leurs villages à cause de Boko Haram

Cameroun-camerounais-Réfugiés-Crise-humanitaire-Boko Haram

Plus de 12 000 Camerounais vivant dans l’extrême-nord du pays ont abandonné leurs villages ces dernières semaines à cause des exactions de la secte nigériane Boko Haram, a-t-on appris jeudi de sources autorisée. Ces nouveaux déplacés des villages situés aux confins du Lac Tchad ont été enregistrés entre les mois de juillet et de septembre 2015, une période qui correspond notamment au déclenchement des attaques-suicides. Une dizaine de kamikazes se sont fait exploser, provoquant la mort de plus de plus de 100 personnes et plus de 400 blessés. D’après des témoignages, ‘’des villages entiers ont été vidés du contenu de leurs habitants”, c’est le cas de Tika, Hailé, Halfa où des riverains ont préféré fuir que de se faire tuer.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

‘’Nous n’avions pas d’autre choix que de partir. Nos frères et sœurs ont été massacrés, nos champs ont été dévastés, nos maisons incendiées, notre bétail décimé et emporté. Dans ces conditions, pourquoi devons-nous encore rester ici ?”, s’interrogent des populations. Pour elles, malgré les mesures de sécurité prises par les autorités camerounaises et en dépit du déploiement de la Force mixte multinationale (FMM), dont un détachement de l’armée tchadienne, l’insécurité demeure une réalité. Pour preuve, des terroristes ont encore tué 7 villageois il y a moins de deux semaines, sans oublier des assauts de Boko Haram repoussés par l’armée camerounaise et tchadienne.

Les 12 000 personnes viennent ainsi grossir le rang des déplacés internes dans la région de l’Extrême-nord, où des populations vivent dans une psychose d’attaques suicides, Boko Haram dont la puissance militaire a été sérieusement diminuée excellant désormais dans ce genre d’opération.

 APANEWS

Populaires cette semaine

To Top