Features

Plaidoyer pour Une nouvelle capitale du Cameroun !

femme-Yaounde-Capitale-bars-Cameroun-Opération-épervier-attentats

Quand nous n’étions que mômes, nos aînés récitaient constamment une dictée qui les avait fascinés. Elle fut retenue pour l’examen du Certificat d’études primaires élémentaires, (Cepe) Le titre fut «Yaoundé»: «Vallonnée, riante, fleurie, piquée d’innombrables palmiers, semée de gazon vert, cette ville est la localité la plus pittoresque du Cameroun…»

Ce texte ?? le site qui héberge le chef des institutions du Cameroun. Les Allemands l’avaient retenu au cours de leur éphémère passage dans notre pays au début des années 1900. Les Français n’avaient pas modifié le choix allemand. Le site naturel de Yaoundé ressemble à celui de Rome, la capitale de l’Italie: vallonné, arboré, pittoresque. Ce site fut choisi aussi pour son climat d’antan, presque tempéré.

En 1960, la jeune capitale du Cameroun comptait environ 200.000 personnes. En 50 ans, Yaoundé a changé. La ville et ses environs accueillent aujourd’hui 3 millions d’âmes. Les différents plans directeurs conçus par les urbanistes et les architectes ne sont pas appliqués par les décideurs. La ville croît autour d’un centre raté dénommé «Carrefour de la poste». Il ne correspond à rien ; il ne répond à aucune exigence de mobilité, ni de fonctionnalité, ni de modernité liée à l’urbanisation et à la poussée démographique. Les rues de Yaoundé sont étroites, elles manquent de dessertes perpendiculaires; elles n’ont pas d’échangeurs.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Les localités du Sud et du Littoral devraient être desservies par un tunnel qui partirait du rond-point de la Poste centrale pour déboucher à Mvan, permettant ainsi le désenclavement de Mvog Ada, Mvog Mbi et autres par des voies externes. La principale pénétrante, celle du Sud par Mvan est restée squelettique depuis 1981 au moment où l’axe lourd Yaoundé-Douala était en construction. Qui de la municipalité ou de l’Etat du Cameroun devrait en assumer le financement de son achèvement?

Yaoundé est aujourd’hui une ville sans âme ni barycentre. Elle croît dans l’anarchie. Elle n’a ni plan architectural, ni infrastructures routieres connues et appliquése. La ville telle qu’elle se présente maintenant n’a plus d’avenir.

Dans nos précédentes éditions, nous avons démontré que le cas de notre capitale n’est pas unique au monde. Le Brésil avait abandonné Rio de Janeiro pour créer Brasilia ; la Tanzanie avait remplacé Dar es Salem par Dodoma ; la Côte d’Ivoire a créé Yamoussoukro; Abuja remplace Lagos, le Kazakhstan a abandonné Akmolinsk pour Astana.

Dans chacun de ces pays, les dirigeants avaient constaté les limites de leur capitale. Ils ont pris une courageuse décision de créer une nouvelle capitale. Que ces cas inspirent nos dirigeants. Le Cameroun mérite une capitale digne de ce nom. Nous avons l’expertise technique pour penser une nouvelle ville.


Jean Robert Fouda | Mutations

Populaires cette semaine

To Top