Le président Paul Biya tient un conseil de ministres ce 09 décembre 2014 à Etoudi.

L’affaire a fini par prendre le cours d’un événement mieux d’un petit séisme politique dans les conversations de Yaoundé. Le chef de l’Etat a (enfin) décidé à réunir ses troupes autour de la table pour une réunion qui devrait en principe être rituelle : le conseil de ministre. A part le fait que le premier ministre Philemon Yang a été reçu en audience lundi par Paul Biya pour préparer précisément cette réunion, très peu de détails ont jusqu’ici filtré de ce conseil de ministres qui a surpris plus d’un membre du gouvernement. A part peut-être la photo d’illustration postée au-dessus de ce post, photo prise par les services de presse de la présidence de la République.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Si on ne sait pas de quoi le président de la République du Cameroun parle avec ses ministres, au moins peut-on remarquer qu’il les réunit trois ans, jour pour jour après le 09 décembre 2011. Selon des rapports de presse, la rencontre a mis moins d`une demi-heure. Les ministres ont été informé que le président Biya compte mettre en oeuvre un plan d`urgence de l`ordre de 1000 milliards de francs CFA. De l`argent frais qui serait déjà prêt à être consommé dans le domaine des infrastructures, de l`urbanisme et de l`agriculture.

Il s’agit en effet du jour où il a procédé au dernier remaniement ministériel. Dans un contexte où les rumeurs de remaniement fusent de toutes parts depuis la fin de l’année 2013 – riche de trois échéances électorales – le conseil de ministres de ce mardi matin ne manque pas de poser quelques questions et de susciter des commentaires. Peut-on imaginer qu’au sortir de cette rencontre où l’exécutif se concerte avec lui-même, le chef de l’Etat se décide à refaire le casting de son gouvernement ?

Dans tous les cas s’il ne le fait pas d’ici la fin de l’année, cela se lira comme le renforcement de sa confiance à la seconde équipe gouvernementale de Philemon Yang. S’il signe pourtant un décret portant remaniement ministériel, il faudra reconsidérer la grille de lecture.

 William Bayiha