Features

Paul Biya prend part à la célébration du débarquent en Provence

Mayo-Baléo-président_paul_biya_Rdpc_Cameroun_MISCA

L’avion spécialement affrété pour le déplacement du président Paul Biya, son épouse et des personnalités membres de sa suite a atterri à l’aéroport d’Orly Sud à Paris mercredi à 19H45, heure locale, soit 18H45 au Cameroun.

Sur le tarmac, au bas de la passerelle, le couple présidentiel a été accueilli par l’ambassadeur du Cameroun en France, Lejeune Mbella Mbella et son épouse. A l’entrée du salon 500 de l’aérogare où le protocole a déroulé le tapis rouge, le chef de l’Etat et Mme Chantal Biya ont reçu deux bouquets de fleurs des mains de deux jeunes du même âge, 6 ans chacun, d’une part le jeune garçon Mengue Yakana Paul et d’autre part la jeune fille Ngalassala Amadou Maeva qui a prononcé des mots de bienvenue. En réponse, les deux jeunes ont reçu des accolades du président Paul Biya et de son épouse. Quelques minutes au salon d’honneur, puis le cortège s’est ébranlé vers la ville de Paris. Lentement, car des militants de la section RDPC de France Nord et d’autres Camerounais sont venus ovationner le couple présidentiel au rythme du refrain populairement connu et repris par tous « Paul Biya…Notre président.. ». La circulation n’étant pas dense et l’escorte policière aidant, le cortège a rapidement gagné l’hôtel Le Meurice, situé au premier arrondissement de Paris, où le couple présidentiel résidera durant son séjour en France.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Il y a lieu de rappeler que le président Paul Biya se trouve en France à l’invitation de son homologue français, François Hollande, pour prendre part à la commémoration du 70e anniversaire du débarquement des forces alliées en Provence vers la fin de la seconde guerre mondiale. D’autres chefs d’Etat africains y ont été également conviés. La cérémonie de commémoration, selon des sources diplomatiques, aura lieu demain, 15 août prochain en Provence, à bord du porte-avion Charles de Gaulle.

Les Africains, y compris donc les Camerounais, ont joué un rôle important dans la libération de la France au cours de la seconde guerre mondiale. Eric Jennings, de nationalité canadienne, professeur d’histoire contemporaine à l’université de Toronto, vient de publier à cet égard un livre au titre explicitement significatif, reprenant une phrase d’un compagnon du général De Gaulle du nom de Jacques Soustelle : « La France libre fut africaine ». Il met en évidence le rôle de l’AEF (Afrique Equatoriale française) et du Cameroun, bastions de première heure de la France libre dès août 1940, dans les rangs des forces françaises libres. Cet éclairage historique peut expliquer, ne fût-ce qu’en partie, l’invitation adressée par François Hollande à ses homologues africains, signe de reconnaissance de la réalité du combat commun mené pour la liberté.


ESSAMA ESSOMBA

Populaires cette semaine

To Top