Features

Paul Biya ira-t-il à Abuja ?

Paul Biya-Vacances-Chantal-Biya-Geneve

L’enjeu de ce déplacement du chef l’Etat va bien au-delà d’une simple participation à la cérémonie d’investiture de Muhammadu Buhari. L’information n’est pas encore officiellement confirmée. Mais selon des indiscrétions glanées auprès de plusieurs sources au cœur du sérail, le chef de l’Etat  effectuera le déplacement d’Abuja pour prendre part le 29 mai prochain, à la cérémonie d’investiture de Muhammadu Buhari comme président de la République fédérale du Nigeria.

Un acte des plus normal à priori, à l’endroit d’un pays avec lequel le Cameroun partage son destin, mais qui analysé dans le contexte diplomatico-sécuritaire actuel recèle d’autres enjeux plus importants.

De fait, à la différence de ses deux prédécesseurs (Goodluck Jonathan et Olusegun Obasanjo), l’actuel président élu du Nigeria s’est jusqu’ici, abstenu d’aller à la rencontre de Paul Biya. Dans une tribune publiée en avril dernier par le New York Times et l’hebdomadaire Jeune Afrique, Muhammadu Buhari ne mentionne pas le Cameroun dans la liste des partenaires de son pays dans la croisade contre Boko Haram. Bien qu’étant partisan d’une solution nigériane à cette menace terroriste, le tombeur de Goodluck Jonathan soutient que « cela ne signifie pas que nos alliés ne peuvent pas nous aider, précise-t-il. Ainsi, nous apprécierions grandement qu’un accord passé avec les États-Unis et portant sur la formation militaire, abandonné sous le gouvernement précédent, soit réactivé. Et nous devons bien sûr mieux coordonner nos interventions armées avec celles de nos alliés africains, comme le Tchad et le Niger ». Oubli ou mauvais signal envoyé aux autorités de Yaoundé ?

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Quoi qu’il en soit, pour le politologue Mathias Eric Owona Nguini, «la présence annoncée de Paul Biya à Abuja, peut être interprétée comme un moyen d’amener Muhammadu Buhari à réviser sa position sur les alliés du Nigeria dans la lutte contre Boko Haram. Le Cameroun peut aussi profiter de l’occasion de cette cérémonie d’investiture, pour créer un contact direct entre ces deux présidents ». Ce contact, deux autres chefs d’Etat l’ont déjà établi avec le nouvel homme fort d’Abuja. Lundi dernier, le président tchadien, Idriss Déby Itno a rencontré Muhammadu Buhari à la Maison de la défense à Abuja. Le 30

avril dernier, c’était au tour du chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara, d’être reçu dans la capitale nigériane par le même homme. Selon l’expert en questions de sécurité et de défense, « il faut voir dans ces actes, des signaux clairs de ce que sera la présidence Buhari. Une mandature sous le signe d’un Nigeria hyper puissant qui n’a pas à aller vers les petits Etats ».

La visite annoncée de Paul Biya à Abuja, semble aussi s’inscrire « dans une perspective de normalisation des relations avec le Nigeria », renchérit Aimé Raoul Sumo Tayo. L’on sait que sous le magistère de Goodluck Jonathan, les rapports entre les deux Etats s’étaient quelque peu crispés en raison de la gestion nigériane du dossier Boko Haram. En signe de bonne volonté, le 1er avril dernier, Paul Biya avait adressé ses « vives et chaleureuses félicitations », à son futur homologue. Dans le même temps, il avait assuré à ce dernier sa «disponibilité constante à œuvrer avec vous, au maintien et à la consolidation des excellentes relations multiformes qui unissent le Cameroun et le Nigeria, ainsi que nos peuples frères et voisins ».

Yanick Yemga

Populaires cette semaine

To Top