Features

Paul Biya exclut plusieurs militants du RDPC.

paul_biya_militants_Boko-Haram-police-cameroun

Pendant les dernières élections municipales et législatives (septembre 2013), le Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC), parti politique au pouvoir, avait été secoué en interne par des cas d’indiscipline. Des militants, mécontents des consignes données par la hiérarchie du parti, notamment, le choix des délégués du Comité central envoyés dans les différentes régions pour la supervision des primaires et la composition des listes des candidats RDPC pour le double scrutin.

Au lendemain de ces élections, Paul Biya avait décidé le 05 décembre 2013, de mettre sur pied une commission de discipline ad hoc présidée par Peter Mafany Musonge. Ainsi, après avoir auditionné les militants «récalcitrants», l’ex premier ministre et ses pairs de la commission ad hoc avaient transmis les conclusions de leurs travaux à Paul Biya, le Président du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais. Huit mois après la création de cette commission spéciale, Paul Biya a rendu publiques ce jour les décisions qui sanctionnent et encouragent certains militants du parti de la flamme. Les sanctions vont du rappel à l’ordre à l’exclusion définitive.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Le coup de tête du Président Paul Biya touche même les morts

Par exemple, le Dr Pascal Charlemagne Messanga Nyamding, ami de feu Charles Ateba Eyene, (deux camarades présentés comme des récalcitrants irréductibles), s’en tire avec un avertissement. Le député Gaston Komba  du Nkam a reçu aussi un avertissement. Alors que tous les militants exclus sont issus du Moungo, Région du Littoral, à l’instar de Djoukou Jean Blaise, Maire de la Commune de Mombo.

Le coup de tête de Paul Biya a même touché des morts. Ilongo Isaac Ndallé, maire de Limbé 3, décédé il y a trois mois, a été aussi sanctionné.

© Adeline Atangana

Populaires cette semaine

To Top