Features

Paul Biya enterré vivant par The Huffington Post

paul_biya_a_la_jeunesse_10_fev_2013_prc_ns_600

Selon le quotidien La Nouvelle Expression dans sa publication d’hier, citant (inopportunément?) le journal américain The Huffington Post, classe le chef de l’Etat camerounais Paul Biya parmi les présidents à la santé précaire et susceptibles de quitter la scène à tout moment.

Charlatanisme: Paul Biya enterré vivant

La Nouvelle Expression, dans son édition du mardi 27 mai 2014, soutient que The Huffington Post cite Paul Biya parmi les 16 dirigeants les plus malades du monde. Le quotidien camerounais indique que d’après cette publication, «L’intérêt n’est nullement de nuire. Mais, de permettre au gouvernement des puissantes nations d’anticiper sur la mort des dictateurs et de miser sur les remplaçants potentiels pour garantir leurs intérêts.» La version en ligne de The Huffington Post, dans l’une de ses sorties de mars 2014, fait par ailleurs un classement des octogénaires et des dictateurs les plus cruels et dont le décès n’est plus loin.

Des révélations impertinentes et fausses

Par ailleurs, l’on constate que, comme le relève La Nouvelle Expression, ce site se trompe sur l’âge de Paul Biya. Il lui donne en effet 79 ans au lieu de 81, comme il en a exactement. Toutefois, ces révélations manquent de pertinence, pour qui connaît bien l’homme du 6 novembre 1982. En rappel, en marge de l’audience de travail que lui a accordée le président français, François Hollande, le 30 janvier 2013, répondant à la question d’une journaliste française sur sa longévité au pouvoir, Paul Biya pétillant de forme, de lucidité et de vivacité réagissait non sans humour: «Ai-je l’air si fatigué?» Eh oui! Cette déclaration, apparemment anodine, n’était pourtant pas dénuée de sens.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

The Huffington Post ne fait ressortir aucun élément indiquant le mauvais état de santé de Paul Biya

En effet, le récit de The Huffington Post ne fait ressortir aucun élément indiquant le mauvais état de santé de l’homme de Mvomeka’a. Son bulletin de santé, qui aurait pu être la preuve de ses soucis cliniques de Paul Biya, n’est mentionné nulle part. Par contre, à l’observation, Paul Biya que les potins annoncent malade et fatigué tous les jours, paraît a contrario tous les jours très en forme. Le chef de l’Etat donne même l’air d’être plus pétillant de forme que certains de ses congénères, parfois moins âgés que lui. D’ailleurs, selon des informations parvenues à La Météo, le mari de Chantal Biya fait régulièrement des check-up dont les résultats sont toujours des plus satisfaisants. Au finish, l’on est tenté de penser que le classement produit par le journal américain et relayé par La Nouvelle Expression, n’est qu’une histoire de fou. Bien plus, dans un monde où tout va vite, qui est réellement en parfaite santé? Qui est malade? Ne dit-on pas souvent que tout être humain en bonne santé est un malade qui s’ignore? Qui est aux portes de la mort et qui ne l’est pas? Qui est jeune? Qui est vieux? De grâce, arrêtons de fantasmer sur Paul Biya. Comme tout humain, c’est Dieu qui l’a créé et c’est également le même Dieu qui se chargera du reste.

Havre de paix et de stabilité.

L’on n’a pas par exemple, oublié le tour en quatre heures d’horloge, des stands au comice agro-pastoral d’Ebolowa, pendant que certains de ses collaborateurs donnés plus jeunes, traînaient le pas. «Malgré les péripéties, et certains aléas de la vie, la santé du chef de l’Etat a rarement été chancelante. Au contraire, Paul Biya, grand amateur de sport et notamment du cyclisme, a toujours mis un accent sur son hygiène de vie. Ponctuel à tous ses rendez-vous, le rythme de travail impulsé par le président de la République démontre qu’il dispose suffisamment encore de ressources pour diriger l’Etat du Cameroun», confie un observateur averti. Un diplomate approché témoigne par ailleurs de sa vitalité, sa belle humeur caustique et sa pointe d’ironie dont fait habituellement preuve le président de la République pour rabattre le caquet à ses détracteurs. Il est donc permis de penser que The Huffington Post et ses alliés tapis dans l’ombre ne se sont inspirés que d’arguments dénués de tout fondement.

René Atangana | La Météo

Populaires cette semaine

To Top