Features

Paludisme grave de l’enfant: la gratuité du traitement est effective

Paludisme-grave-de-l-enfant

Le Minsanté l’a annoncé pour les enfants de moins de cinq ans vendredi dernier lors d’un point de presse à Yaoundé.

Le traitement du paludisme grave aux enfants de moins de cinq est désormais gratuit dans toutes les formations sanitaires publiques et privées à but non-lucratif au Cameroun. Le ministre de la Santé publique l’a annoncé, vendredi dernier, lors d’un point de presse. Ainsi, pour la prise en charge du paludisme grave, les enfants de moins de cinq ans reçoivent gratuitement depuis le mois de juillet dernier, les doses injectables de l’artemether et de l’artésunate. Les femmes enceintes souffrant de paludisme grave, s’acquittent de la somme de 4 000 F, tandis que les personnes âgées de plus de cinq ans payent 8 000 F. Toutefois, « les autres charges sont supportées par le patient, notamment, l’hospitalisation dont le coût varie en fonction de la catégorie de la formation sanitaire et du standing de l’espace d’hospitalisation et des éventuelles perfusions à partir de la deuxième poche de glucosé en cas de complication », a précisé André Mama Fouda.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Seul le traitement du paludisme simple était jusqu’ici gratuit dans l’ensemble du pays. Il convient de noter que la gratuité du traitement du paludisme grave est exécutoire jusqu’en 2016. Ceci grâce à l’appui soutenu de trois partenaires du Minsanté, à savoir : la Chine qui a remis plus de 1,2 million d’ampoules d’arthéméther 40 mg destinés aux enfants de moins de cinq ans et plus de 1,1 million d’arthéméther  d’ampoules 80 mg pour les personnes de plus de cinq ans. L’Ong Clinton Health Acces Initiative Fondation (CHAI) a mis à la disposition du Minsanté 700 000 ampoules d’artésunate injectable 60 mg et le Fonds mondial de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme a contribué, quant à lui, avec près de 400 000 ampoules d’artésunate injectable dans le cadre de la subvention du round 9. « L’ensemble de ces dons permettront ainsi de traiter plus de 480 000 cas de paludisme grave et d’assurer le traitement du paludisme grave pour une période de plus de 17 mois. A l’issue de cette période, au cas où certains de nos partenaires se désengageraient, l’Etat s’organise déjà à prendre le relais », a confié le Minsanté.

André Mama Fouda a, par ailleurs, annoncé la deuxième campagne de distribution de masse de 12 millions de moustiquaires imprégnées de longue durée d’action (MILDA) en 2015 et la mise en œuvre de la chimio-prévention du paludisme saisonnier à partir de 2015, au bénéfice de plus d’un million d’enfants de trois à 59 mois dans les régions de l’Extrême-Nord et du Nord. Le but étant de diminuer de façon significative le nombre de personnes à traiter souffrant du paludisme grave.

©Assiatou NGAPOUT |Cameroon Tribune

Populaires cette semaine

To Top