Features

Opération Epervier : une pléiade de dignitaires dans le collimateur

Epervier-Sondages-national-de-gouvernance-sérail

Après un long sursis, elles sont nombreuses les personnalités de la sphère sociopolitique et économique nationale qui ont perdu le sommeil, suite à l’interpellation du Pr. Gervais Mendo Ze.

A en croire les indiscrétions, le champ de chasse de l’ Epervier devra s’étendre au-delà des seuls gestionnaires des finances publiques, tant les détournements de deniers publics étaient devenus le sport favori de toutes ces personnalités de premier plan. D’ores et déjà sept desdites personnalités, notamment des membres du gouvernement actuel ont été auditionnés le lundi 17 novembre 2014. Suffisant pour alimenter une véritable psychose dans l’ensemble des administrations et autres entreprises parapubliques dont les responsable ont jusqu’ici été les principales cibles de cette opération d’assainissement des finances publiques.

Au-delà, la certitude de l’extension de ladite opération à d’autres segments de la vie nationale en rajoute à la psychose générale, surtout les futures personnalités à interpeller subiront comme leurs prédécesseurs l’humiliation de perdre la face devant leurs subalternes, érodant ainsi leur notoriété induite. Mais de telles considérations, on n’en tient guère compte quand il s’agit de faire rendre gorge aux prévaricateurs de la fortune publique, quand bien même on se garde toujours de faire quelque révélation sur les sommes jusqu’ici recouvrées, eu égard aux nouvelles dispositions régissant le Tcs, commis pour diligenter les différentes affaires relevant de l’Opération Epervier.

Plus graves sont certainement les dysfonctionnements opérationnels qu’on observera, tant les présumés coupables ou plus exactement celles des personnalités qualifiables pour lesdites poursuites, auront désormais du mal à traiter, avec sérénité, des dossiers délicats relevant de leur compétence.

Déchéance inéluctable

Dans un tel registre, il devient évident que lesdites personnalités vont tomber le masque, quittant le visage reluisant de vitrines de fait, pour revêtir celui de vulgaires bandits, quand bien même on leur affecte l’épithète de bandits à col blanc. Nul doute donc que ces derniers en soit à ressasser le discours plutôt musclé de Paul Biya du 31 décembre 2013 où, reconnaissant leur inefficacité il affirmait ne point leur accorder le moindre bénéfice du doute, si d’aventure ils étaient pris dans les serres de l’ Epervier.

Des serres plus acérées que jamais pour expurger le gouvernement ou ce qui en tient lieu de ceux-là mêmes qui tirent vers le bas nos performances globales et compromettent la pleine réalisation d’une vision pourtant pragmatique. En fait, ils ont semé de davantage d’embuches, le chemin déjà difficile de l’émergence. Aussi peut-on comprendre que la cinquantaine de personnalités dans le collimateur et incluant des ministres de la République, d’anciens membres du gouvernement, des dirigeants d’entreprises publiques, des opérateurs économiques ainsi qu’une armada de personnalités parmi les plus insoupçonnées, sont susceptibles de passer de l’enivrement du pouvoir à la grisaille de celui-ci doublé, des affres de l’univers carcéral dans les jours qui suivent.

Toutes choses pour lesquelles les  personnes introduites, prophétisent plus qu’une simple bourrasque, eu égard à l’ampleur des interpellations qui s’en suivront. Selon ces personnes en effet, des ministres de la République, d’anciens membres du gouvernement, des dirigeants d’entreprises publiques, des opérateurs économiques ainsi qu’une armada de personnalités parmi les plus insoupçonnées, sont susceptibles de passer de la lumière du pouvoir à l’ombre carcérale dans les tout prochains  jours.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Détermination

Avec l’arrestation de l’ancien directeur général de la Cameroon Radio and Television (Crtv), Gervais Mendo Ze, Paul Biya a inéluctablement démontré son intransigeance à terrasser les fossoyeurs de l’économique camerounaise, adeptes des malversations financières mises en lumière dans des rapports explosifs et autres audits démontrant leurs forfaitures. Dès lors, il lui sera plus aisé de confondre tous ces collaborateurs hypocrites qui auront longtemps joué la carte de la loyauté pour l’endormir pendant qu’ils s’engraissaient sur le dos de l’Etat.

Dans la plupart des cas, ces hommes et femmes devraient répondre de faits de détournement et/ou d’utilisation, à des fins personnelles, du patrimoine national. Il est à relever, s’agissant de Gervais Mendo Ze, que sa mise sous mandat de dépôt, pour qui sait la proximité qu’on lui prêtait jusqu’ici avec le chef de l’Etat, montre bien que Paul Biya sera sans pitié. Aussi la bourrasque à venir s’annonce-t-elle intraitable, tant il est désormais de mise qu’il voudra enfin passer aux actes après des mises en garde itératives que d’aucuns avaient tôt fait assimiler à de simples menaces sans lendemain, eu égard au long sursis sont ils bénéficièrent jusqu’ici.

Suffisant pour comprendre que le locataire d’Etoudi est décidé d’en découdre avec tous ceux qui ne prirent pas au sérieux lesdites mises en garde, quand il déclara qu’il allait être sans pitié pour les prévaricateurs de la fortune publique. A coup sûr, la cinquantaine des personnalités dans le collimateur se savent plus qu’à l’étroit tant l’ Epervier a décidé de frapper sans crier gare. Suffisant pour comprendre la psychose généralisée qui mieux que tout autre chose, vient conforter la détermination de Paul d’asséner un coup dévastateur à la fourmilière.

Psychose

Des barons du régime Biya sont inquiets depuis que le chef de l’Etat a relancé la traque des corrompus et détourneurs de deniers publics. Aussi peut-on comprendre qu’ils en soient à maudire le vice-Premier ministre, Amadou Ali qui aura bouclé la quasitotalité des dossiers devant aboutir à l’interpellation de ces barons. Et quand bien même d’aucuns pourraient penser que le terme psychose est quelque peu exagéré, il traduit cependant au mieux le trouble intérieur que subit aujourd’hui la cinquantaine de personnalités dans le collimateur.

Quelques-unes desdites personnalités sont déjà au fait de leur inéluctable interpellation, fortes des insinuations du discours du 31 décembre 2013 dans lequel le président de la République affirmait sa volonté de poursuivre la lutte contre la corruption et les détournements de deniers publics. Et même si leur interpellation viendra rallonger la liste déjà longue des collaborateurs et assimilés du chef de l’Etat pris dans les serres du rapace. Un rapace qui aura préalablement pris le soin de se préparer à ne point subir de désagrément inhérent à l’étroitesse de sa capacité d’accueil, tant il est constant que la prison secondaire du secrétariat à la défense (Sed) vient d’être dotée de 50 cellules Vip certainement dédiées aux personnalités qui seront interpellées dans le cadre de la relance de l’Opération Epervier.

Néanmoins, les suspects sont déstabilisés, à en juger par les réunions secrètes et les messes noires organisées ces jours-ci pour savoir quand lesdites personnalités seront interpellées, entendues, inculpées peut-être et comparaître pour établir leur innocence ou leur culpabilité. Suffisant pour comprendre d’où vient cette psychose généralisée évoquée supra.

© Le Détective : Amadou Soulé

Populaires cette semaine

To Top