Features

Opération Epervier : Lydienne Eyoum demande la grâce présidentielle

Paul-Biya-Me-Lydienne-Eyoum-Prison

Le Sénateur des français de l’étranger Jean Yves Leconte en séjour au Cameroun, face à la presse dimanche 13 décembre 2015, affirmé que l’avocate Me Lydienne Eyoum a introduit une demande de grâce présidentielle. Jean Yves Leconte, sénateur des français de l’étranger a fait un tour à la prison centrale de Kondengui, où séjourne l’avocate Me Lydienne Eyoum. Il y ressort avec le souhait de la condamnée à avoir recours à la grâce présidentielle pour sortir de prison. 

Dans l’affaire Ministère public et Etat du Cameroun contre Lydienne Eyoum, accusée de détournement et complicité de détournement des deniers publics en coaction au préjudice de la liquidation de l’ex-ONCPB, c’est un vrai retournement de situation.

D’après Le Messager du lundi 14 décembre 2015, le conseil camerounais de Lydienne Eyoum estimait, il y’a plusieurs mois, que demander la grâce présidentielle reviendrait à reconnaitre la culpabilité de sa cliente. «Je suis quelque peu embarrassé quant à l’exercice du recours en grâce qu’il faut adresser au Chef de l’Etat. sa déclaration à l’occasion de la visite du Président Hollande donne à penser qu’il est convaincu que Me Eyoum a commis le crime de détournement de deniers publics qui lui est reproché, emboîtant ainsi le pas à la Cour Suprême. Dans ces conditions, accorder la grâce serait verser dans l’arbitraire, alors que d’autres camerounais, coupables du même crime continuent de croupir dans les geôles de la République. Ce n’est pas ce Cameroun, ni cette justice que nous voulons», expliquait ainsi Me Yondo Black, suite aux déclarations de chef de l’Etat lors de la visite du président français au Cameroun.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Contrairement au conseil camerounais de la condamnée à 25 ans de prison, l’avocate française de Lydienne Eyoum avait affirmé que sa cliente ferai recours à la grâce administrative. «Ce qui signifie que dans son esprit, elle sollicite une amnistie, qui va lui permettre, et c’est ce que nous espérons, d’être réintégrée dans ses droits», avait expliqué Me Caroline Wasserman. Face à la presse dimanche 13 décembre 2015, Jean Yves Leconte a exprimé l’envie de Lydienne Eyoum de sortir de prison avant les fêtes de fin d’année. «Aujourd’hui en prison, elle veut être en liberté; elle est déclarée coupable alors qu’elle se considère comme innocente. Des démarches ont été effectivement engagées conformément à ce qui a été dit en juillet dernier lors de la visite du Président Hollande au Cameroun. Elle a introduit une demande de grâce présidentielle (…)», nous dit le Sénateur.

A en croire Le Messager, en 2004, Me Eyoum avait été chargée par le Ministère des Finances de mener une opération de recouvrement auprès de la société Générale des Banques du Cameroun (SGBC). «Il lui est reproché d’avoir gardé une partie des fonds récupérés. Pour ses avocats il s’agirait d’honoraires».

Géraldine IVAHA

Populaires cette semaine

To Top