Features

Opération epervier : Dayas Mounoumé, fugitif en Angola

L’ancien directeur général du Port autonome de Douala (PAD), condamné dernièrement par le Tribunal criminel spécial à 15 ans d’emprisonnement ferme se retrouverait à Luanda, d’après une source digne de foi.

Dans la journée du lundi 20 juillet 2015, un cadre de la direction technique du PAD a confié, sous cape, avoir reçu un appel téléphonique de Nice en France. Voici le numéro de l’appelant : +3249263275. Cet ami de Dayas Mounoumé lui a fait savoir que ce dernier l’a appelé samedi dernier depuis l’Angola et lui a révélé que le pays de Dos Santos sera désormais sa terre d’accueil. Cette information vient confirmer les relations entre la famille Dayas et l’Angola. En 2009, l’ancien DG du PAD aurait demandé à son épouse, alors cadre à CAMSHIP, de démissionner pour intégrer une autre société maritime, basée en Angola. Infos ou Intox ?

La vérité est que Jean Marcel Dayas Mounoumé a pris la poudre d’escampette pour échapper à la prison ferme. Comment comprendre qu’un ancien gestionnaire de crédits publics poursuivi pour détournement de 437 millions FCFA puisse comparaître libre, sans une quelconque motivation médicale ? D’autres sources témoignent que cinq jours avant la sentence du Tribunal criminel spécial (TCS), Dayas Mounoume avait été mis au parfum du verdict en sa défaveur. Comment dès lors ne pouvait-il pas préparé sa sortie du Cameroun ?

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Tractations mafieuses au Cameroun

Le combat contre la corruption est loin de produire un changement réel de moeurs publiques. Dans le gouvernement actuel, chacun s’adonne à son niveau à plaire au centre des décisions tout en préparant une place de choix dans la 3e République qui est imminente. Entre 2008-2012, Dayas Mounoumé, nommé contre toute attente au PAD, a pillé cette institution portuaire sans vergogne. Un « bandit de grand chemin » redevable d’une somme de 150 millions FCFA auprès de l’autorité portuaire nationale en 2007, d’après un rapport.

Le nombre de fugitifs dans le cadre de l’opération Epervier ne cesse de s’agrandir pour la simple raison que la corruption a pris ses quartiers dans toutes les artères de l’administration. Même sans passeports, les Camerounais franchissent les frontières sans obstacles. Ze Jean Blaise qui a dévalisé 3 milliards de FCFA à la Campost se retrouve actuellement en Turquie, Ambassa Zang Dieudonné, ancien ministre des Travaux publics est désormais « exilé politique ». Dayas Mounoumé est en fuite en Angola. Pauvre Cameroun !

 Alex Zambo

Populaires cette semaine

To Top