Features

Opération Epervier:Le procès d’ Iya Mohammed s’ouvre ce jour

Iya-Mohammed-tribunal

Le sort d’ Iya Mohammed au Tribunal criminel spécial devrait commencer à se jouer dès ce jour, 26 août 2014. C’est en effet aujourd’hui qu’est prévu l’ouverture de l’affaire qui l’oppose, avec certains de ses ex-collaborateurs de la Société de développement du coton (Sodecoton), à l’Etat du Cameroun et au ministère public. Iya Mohammed et ses coaccusés seront devant le juge pour détournement de deniers publics et complicité de détournement de deniers publics, tel que libellé au rôle du Tribunal criminel spécial. Les calculs font état de ce que le ministère public les accuse de détournements cumulés de 11 milliards Fcfa durant plusieurs années de gestion à la Sodecoton, notamment de 2005 à 2010.

Ancien directeur général de cette entreprise dont l’Etat est actionnaire majoritaire avec 59% des parts, Iya Mohammed a été épinglé par la Justice camerounaise en juin de l’année dernière, avant d’être mis en détention provisoire à la prison centrale de Kodengui à Yaoundé. Le juge d’instruction avait estimé qu’il existait des charges graves contre le Dg déchu : perception indue d’avantages salariaux de plus de 51 millions Fcfa ; déperditions de stocks d’huiles, de tourtereaux et de ristournes à hauteur de 6 milliards Fcfa ; dépenses illégales au profit de Coton Sport de Garoua, sponsorisée par la Sodecoton, pour 5 milliards Fcfa ; paiement de prestation incompatibles, soit environ 350 millions Fcfa ; et prélèvement d’une indemnité de 7 millions Fcfa sans base légale.

Déboires

Les déboires du sieur Iya Mohammed avaient en réalité débuté beaucoup plus tôt. Plus précisément lors d’une session du Conseil de discipline budgétaire et financière du Contrôle supérieur de gestion (Consupe) tenue le 27 mars 2013. Le seul point inscrit à l’ordre du jour portait sur la gestion du directeur général de la Sodecoton, Iya Mohammed, et de certains de ses collaborateurs. Le conseil de discipline budgétaire avait alors retenu 20 fautes de gestion à l’encontre de l’ancien Dg. Lesdites fautes, selon cette instance, avaient causé un préjudice financier à la Sodecoton à hauteur de 9,05 milliards Fcfa. Le Conseil avait alors infligé une amende spéciale de 2 millions Fcfa pour l’ensemble de ces fautes et prononcé à l’endroit du concerné une déchéance d’une durée de 7 ans l’interdisant d’être responsable d’une administration publique ou de la gestion des services publics ou des entreprises d’Etat. Quelques semaines après, l’Etat du Cameroun se constituait partie civile et la machine était enclenchée contre l’ex-tout-puissant de la Sodecoton.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Iya Mohammed, également ex- « Big Boss » de la très convoitée Fédération camerounaise de football qu’il a présidée durant près de 15 ans, sera interpellé depuis l’hôtel Hilton, alors qu’il était revenu la veille du match opposant le Cameroun au Togo et comptant pour les éliminatoires de la coupe du monde de football au Brésil. Bien que le sort de cet autre « Eperviable » semble scellé, selon une bonne frange de l’opinion nationale, l’homme n’a jamais cessé de clamer son innocence.

Arguments non retenus

Face au juge d’instruction, il avait apporté des explications à ce qui lui était reproché. S’agissant des avantages salariaux indûment perçus, Iya Mohammed explique qu’il s’agissait d’une décision du conseil d’administration du 19 avril 2002 qui n’avait pas fixé de montant précis de son salaire de base. Au sujet des 6 milliards Fcfa de pertes en huiles et tourtereaux, l’ancien patron de la Sodecoton avance que si ces pertes avaient effectivement existé, la Sodecoton serait en faillite. Sur certains espaces, avant la mise en instruction de son dossier, Iya Mohammed s’était même félicité de la bonne santé de l’entreprise qui avait recommencé à faire des bénéfices depuis quelques années.

En outre, l’ancien patron de la Fecafoot n’a jamais réussi à prouver ou à montrer un document intégrant Coton Sport de Garoua comme une des composantes de la Sodecoton. Il n’y a donc aucun justificatif pour les dépenses faramineuses engagées en faveur de cette équipe de football pendant de longues années. Enfin, l’ex-Dg de la Sodecoton justifie l’indemnité de 7 millions Fcfa accordée au secrétaire de la commission de passation des marchés publics de l’entreprise qu’il dirigeait par le fait que cet acte lui avait été demandé par le président de ladite commission en vue de récompenser le travail abattu par le bénéficiaire. Tous ces arguments n’ont pas du tout convaincu le juge d’instruction qui l’a renvoyé devant le tribunal. Qu’en sera-t-il au cours du procès qui s’ouvre ? Wait and see.


© Alain NOAH AWANA | Le Messager

Populaires cette semaine

To Top