Features

Obseques de Valéry Mezague, le mépris des autorités ?

mezague nous a quittes

Accusée d’avoir négligé les obsèques de l’ex international Valéry Mezague, la Fécafoot était représentée par le président récemment élu de la ligue départementale de la Menoua.

Selon plusieurs personnes ayant assisté à ses obsèques, Valéry Mezague n’a pas reçu les honneurs et les hommages de la nation. L’ancien Lion indomptable Lucien Mettomo, à la tête d’une délégation du Syndicat national des footballeurs du Cameroun (Synafoc), a déploré l’absence vendredi et samedi dernier à Yaoundé et Baleveng, des autorités administratives et des responsables du ministère des sports et de l’éducation physique.

« Voilà Valéry Mezague  qui est parti sans qu’on puisse lui rendre un hommage digne, à la mesure des services rendus à la nation. Je ne sais que ce que cela signifie pour l’avenir (…) C’est quelqu’un qui a connu des hauts et des bas comme tout le monde le sait. Mais que le corps de Valéry Mezague arrive au Cameroun dans un silence aussi total et dans un tel anonymat en l’absence des autorités de Yaoundé jusqu’à Dschang, c’est vraiment triste ! Il en est de même pour le ministre des sports et le fait qu’on n’ait pas posé le drapeau vert-rouge-jaune, sur la dépouille de valéry Mezague, quelqu’un qui a défendu les couleurs de la nation », s’indigne l’ancien champion d’Afrique.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Donnée absente aux obsèques par la rumeur, la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) était bel et bien représentée à l’enterrement, dans le village Baleveng.

Le président récemment élu de la ligue départementale de la Menoua, Etienne Tamo est celui qui est venu en son nom. Il déclare qu’il était « présent à l’arrivée de la dépouille » et dit avoir été chargé de transmettre le message de condoléances de la Fécafoot et de porter un chèque à la famille du footballeur décédé. Selon lui, la mère de Valériy Mezague envisagerait de venir prochainement au siège de la Fédération afin de « manifester sa gratitude ».

Robert Ndonkou

Populaires cette semaine

To Top