Actu'Décalée

Nouvelle chasse au « Zoua-zoua » à Garoua

station-carburant-frelaté-zoua-zoua

Sous la férule du préfet de le Benoué, une campagne contre le carburant frelaté  a été lancée. Difficile de trouver le « Zoua-zoua » aux abords des routes, ces derniers jours, à Garoua. Ce carburant frelaté, jadis abondamment disponible, se fait désormais rare dans le centre urbain. Et du coup, les vendeurs ambulants se sont rabattus vers les quartiers périphériques, faisant par la même occasion de la spéculation.

En mois d’une semaine, le litre du « Zoua-zoua » est passé de 350F à 450F. Cette situation trouve son origine dans la chasse lancée, ces derniers jours, par les forces de maintien de l’ordre à l’encontre des vendeurs ambulants du « Zoua-zoua », installés les longs des rues et avenues. En effet, dans un communiqué lu abondamment sur les antennes des radios locales du Nord, ces derniers jours, le délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de Garoua, Ahmadou Elhadj Bouba, invitait tous les vendeurs et propriétaires de « Zoua-zoua » à libérer les emprises de la voie publique illico presto.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Cette mesure rentre dans le cadre d’un vaste programme d’assainissement engagé par les autorités locales de la ville de Garoua. A ce programme, sont venus se greffer d’autres tels que la protection du tissu économique national et la sécurisation de nos villes et frontières. C’est dans ce cadre que le préfet du département de la Bénoué, Mamoudou Haman, a réuni, il y a quelques jours, tous les opérateurs économiques du secteur, toutes les autorités administratives, ainsi que les forces de maintien de l’ordre, pour déclencher la mesure d’interdiction de vente et de commercialisation du « Zoua-zoua » sur toute l’étendue du département. « Autant on interdit la vente, autant on interdit l’importation », précisera-t-il lors de notre passage.

En effet, pour Mamoudou Haman, la ville de Garoua dispose de suffisamment de points d’approvisionnement en produits pétroliers pour que l’on n’ait plus besoin de produits de contrebande injectés dans le circuit. D’où cette campagne lancée en direction des vendeurs ambulants, de concert avec la municipalité, afin de libérer les emprises de la voie publique. Une mesure qui vise, pour le moment, le centre urbain, mais qui sera élargie aux autres localités de la région. « L’opération va s’étendre sur une longue période, et les forces de maintien de l’ordre ainsi que la douane vont continuer à traquer les contrebandiers au niveau des frontières », a rassuré le préfet de la Bénoué.

DIKWE FODAMBELE

Populaires cette semaine

To Top