Features

Nord-Ouest: Une attaque armée attribuée à Boko Haram

boko-haram-Cameroun-camer24-déserteurs

Bilan : un mort, trois blessés et 20 millions Fcfa délaissés auprès des éleveurs à Boyo

Insécurité: Un mort dans une attaque armée dans le Boyo

Les villageois soupçonnent la secte Boko Haram, au regard de l’arsenal de guerre déployé par ces brigands qui ont délesté près de 20 millions Fcfa aux éleveurs et blessant au passage trois personnes.

Jibo Sarki, fils du Sarki de Konene, arrondissement de Bum dans le département du Boyo est passé de vie à trépas mercredi dernier 15 octobre 2014. Il a été tiré à bout portant par un gang de quatre personnes  en tenue militaire, armées de kalachnikov. En effet, Jibo Sarki, tout comme de nombreux éleveurs fulani et autochtones de Konene se rendaient au marché de bétails de Su-Bum en matinée de mercredi 15 octobre, lorsqu’ils ont été attaqués par des hommes armés. Ces derniers avaient monté un guet-apens sur la piste qui mène vers Su-Bum. C’est ainsi que, les différents éleveurs qui se rendaient au marché de Su-Bum (acheter ou vendre) leurs bœufs sont tombés tour à tour dans la nasse de ces malfaiteurs. Tous sont passés à la trappe. Ces gros bras vont dépouiller leurs victimes d’environ vingt millions Fcfa (20.000.000 F Cfa). Toujours est-il que, la résistance menée par certains de ces éleveurs a mis ces gangsters dans tous leurs états.  Ils ont dégainé, tuant le jeune Jibo Sarki âgé de 43 ans et blessant grièvement trois autres éleveurs, renseigne Prince Ngwieh Michelson Sah, élite de Konene. Cette situation a provoqué une panique générale au sein de la population. D’aucuns se demandent si ces insurgés sont des hommes de la secte extrémiste Boko Haram où de simple bandits de grand chemin, au regard de l’arsenal de guerre avec lequel ils ont opéré.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Il est à noter que trois (3) heures de route séparent Konene de Su-Bum. Il n’est pas accessible qu’à pied et peut-être à engins de deux roues. Ce coin enclavé dans le département du Boyo est le théâtre des attaques répétées de ces hors-la- loi. Déjà, le 30 septembre 2014, l’équipe en charge de la vaccination des bétails avait essuyé une attaque des malfaiteurs. A cette occasion, quatre voyous dont deux masqués et deux non masqués avaient braqué l’équipe en charge de la vaccination des cheptels vers Su-bum dans l’arrondissement de Bum. Ces malfaiteurs avaient fait usage de l’arme à feu qu’ils avaient tiré deux fois en l’air. Les quatre agents zoo-vétérinaires s’étaient rendus à la suite de ces coups de feu. L’équipe de vétérinaires avait quitté Nguna-Kimbi pour Su-bum lorsqu’elle a été surprise par ces bandits. Ils ont soulagé les vétérinaires non seulement des vaccins en leur possession mais aussi et surtout de la somme de 325.000Fcfa, argent des vaccins qu’ils venaient d’administrer aux bétails des éleveurs de Nguna-Kimbi. Après leur forfait, les gangsters ont fondu dans la nature.

A la différence du coup de force du 30 septembre 2014, les brigands de l’attaque de mercredi dernier étaient en tenue des forces armées. Ce qui sème un doute dans l’esprit des populations de Konene. Ici beaucoup pensent qu’il s’agit d’un assaut des éléments de la secte Boko Haram. Une partie de cet arrondissement partage la frontière avec le Nigeria. D’où la nécessité du déploiement des forces militaires. Le camp le plus proche des hommes en tenue c’est au lac Nyos. A en croire Prince Ngwieh Michelson Sah, les autorités administratives et les responsabilités des forces de l’ordre de la région ont été saisis. Leur réaction est vivement attendue.

© Donat SUFFO | Le Messager

Populaires cette semaine

To Top